Théâtre
Célibataires, fêtez donc la Sans-Valentin

Célibataires, fêtez donc la Sans-Valentin

13 février 2011 | PAR Floriane Gillette

La Saint-Valentin approchant, les célibataires font grise mine. Pourtant , ils n’ont rien à envier aux tourtereaux souvent obligés de célébrer cette fête kitchissime, sous peine de ne pas passer pour des amoureux transis. Mais que les célibataires se rassurent, les pastas-party concoctent une belle soirées en perspective.

Dimanche 18 heures, on ressasse les bons moments du week_end avant de chasser cette angoisse qui monte qui monte. Seul (e) sur votre canapé vous avez beau fermer les yeux et rêver très fort vous restez seul(e) devant votre téléviseur ou votre ordinateur. Il semblerait que le blues dominical soit le nouveau mal du siècle, en particulier pour les 15 millions de célibataires français. Une déprime qui dimanche 13 février, veille de la Saint-Valentin risque de s’intensifier.

Pour pallier cette méchante éventualité, les Pastas-Party organisent chaque dimanche soir à Paris, des diners entre âmes esseulées, autour, vous l’aurez deviné, de plats de pâtes savoureux. Le lieu change chaque semaine et accueille en moyenne une centaine de célibataires. Dimanche 13, la pasta-party se mue en une soirée Sans-Valentin. Au programme diner, jeux, prestations d’un jongleur, d’un danseur puis les convives pourront enflammer le dance-floor jusqu’au petit matin.

L’adresse demeure secrète à cette heure-ci mais mon petit doigt me dit que, dimanche, dans le Ier arrondissement, un célèbre et très chic établissement accueillera deux cents célibataires prêts à célébrer la Sans-Valentin, comme il se doit.

Jusqu’à présent les participants déjà inscrits sont âgés de 21 à 71 ans, une amplitude qui permet aux organisateurs de regrouper les convives par tranche d’âge. Le 13 février , la soirées Pastas-party vous donne l’occasion de trouver votre Valentin ou de vous amusez jusqu’au petit matin. Ainsi le 14 février plus question de ruminer seul(e) dans votre coin, vous ne penserez plus qu’à dormir, encore tout groggy de la veille.

 

Sexe, qu’est-ce qu’on mange ?
Le Boudoir de Marie, lingerie à savourer à deux
Floriane Gillette

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture