Théâtre
Avignon OFF : Un silence ordinaire, une proposition de théâtre documentaire réussie

Avignon OFF : Un silence ordinaire, une proposition de théâtre documentaire réussie

11 juillet 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Sur un sujet malheureusement si ordinaire, l’auteur et comédien Didier Poiteaux nous invite pour un voyage dans un monde dont on voudrait ne rien savoir. Le geste généreux touche sa cible.

Disons-le en préambule : ce seul en scène est d’abord une rencontre avec Didier Poiteaux qui défend son texte et ses personnages avec justesse et rigueur. Suivant la voie du théâtre documentaire, Un silence ordinaire nous propose de partager, dans une narration simple et sincère, des récits de vies liées à l’alcoolisme. D’abord, il y a Clara, qui voudrait bien que son père ne soit pas comme ça. Il y a aussi Leila qui voudrait passer une soirée sans penser à ça. Et puis, il y a Alexandre qui a retrouvé la joie de vivre depuis qu’il a arrêté cette chose-là. Et Jérémy qui ne sait pas comment sauver sa mère de ce truc-là. Enfin, il y a Janine qui respire depuis qu’elle a accepté qu’elle ne pouvait rien changer à ça.

Et puis il y a Didier, qui cherche comment en parler

Symbole de convivialité, de fête et de plaisir autant que signe de maladie, de rejet et d’isolement, l’alcool marque par sa déclinaison, l’alcoolisme, une société séduite par l’abondance et le débordement. À chaque fois il s’agit d’individus et de vies broyées. Le spectacle veut briser ce tabou, dire son fait à ces alcooliques qui brisent leurs vies et parfois celles de leurs proches. L’auteur n’a pas vécu ces événements sauf de loin ; il ne s’agit pas d’une énième confession cathartique, mais d’un travail de fiction qui se veut édifiant. Au sein d’une mise en scène épurée, Didier Poiteaux saisit la salle ; le public qui s’instruit, chemine entre poésie et humour, entre gravité et optimisme.  

 

Un silence ordinaire de et par Didier Poiteaux. Au théâtre des Doms, 1 bis, rue des Escaliers-Sainte-Anne à 13 h 00. 

Visuel Affiche 

[Cannes 2021, Compétition] Benedetta : du meilleur Verhoeven pour une nonne infernale
Avignon OFF : Le procès Eichmann à Jérusalem, le devoir de mémoire de Joseph Kessel
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture