Théâtre
Avignon OFF : Rachel, danse avec nos morts, la marée des émotions

Avignon OFF : Rachel, danse avec nos morts, la marée des émotions

16 juillet 2021 | PAR Anne Verdaguer

C’est une famille brisée qui marie l’une de ses filles, Rachel. Le frère mort hante la fratrie, alors que sa sœur jumelle, Anna, sort d’un séjour en hôpital psychiatrique. Un torrent de sentiments emporte la famille dans ce huis clos porté par un collectif impeccable. Un vrai régal et une réflexion fine sur les liens qui nous unissent. 

Un mariage se prépare dans la maison familiale en bord de mer. Un moment pour des retrouvailles joyeuses mais aussi pour partager de douloureux souvenirs. Le frère mort noyé est présent dans les mémoires, mais il est aussi rendu visible sur le plateau, telle une âme errant parmi les vivants. 

Comment vivre avec ce deuil si présent, comment gérer l’oubli, la souffrance et la culpabilité ? Le temps d’une soirée, les langues se délient et la nuit, les portes s’ouvrent, la marée monte et les souvenirs affluent. Le père danse, la danse de la séduction pour se délivrer d’un secret trop lourd. Anna, coupable du désastre passé se laisse aller à sa souffrance, et sa mère s’enivre de l’absence de son enfant adoré. Chacun est en proie à ses démons. La nuit, les sentiments nous dépassent.

Avec Rachel, danse avec nos morts, la compagnie By Collectif poursuit sa réflexion sur les rapports humains et la place de chacun dans le groupe. L’écriture collective apporte une justesse indéniable dans le descriptif de ces liens, le collectif a travaillé à partir d’improvisations et d’un texte écrit au plateau. Le jeu des acteurs n’en est que plus intense.

Un spectacle qui garde au final cette part d’inconnu et de mystère qui sous-tend toute relation humaine, et qui sublime tout. By Collectif n’a jamais aussi bien porté son nom.

 

Rachel, danse avec nos morts, mise en scène Delphine Bentolila, compagnie By Collectif à 13 h 10 jusqu’au 29 juillet (relâche 19 et 26 juillet) au 11 Avignon

Image © Pianocktail

 

L’indigeste menu de Falstaff au Festival d’Aix-en-Provence
[Cannes 2021, Compétition] L’Histoire de ma femme, un film romanesque plaisant, brillant, pas extraordinaire
Anne Verdaguer

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture