Théâtre
[Avignon Off] « Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux », un Matéi Visniec bien adapté

[Avignon Off] « Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux », un Matéi Visniec bien adapté

09 juillet 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

[rating=4]
Le mot Progrès@Thomas Dewynter 1Coup de cœur pour ce spectacle mis en scène par Henri Dalem au Théâtre des Lucioles.
Le mot « progrès » dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux est une pièce de l’excellent auteur roumain Matéi Visniec.

Comme dans toutes les pièces écrites par Visniec, il est ici question de famille et de territoire. Nous sommes à l’est, dans un village et sur le plateau nu, c’est seulement la voix des comédiens qui nous raconte le drame : un beau-frère tue le frère de sa femme. Ses parents reviennent, le visage couvert par des masques en papier mâché. Le village a été dévasté par une énième guerre mais comme le dit un couple de voisins capitalistes :« vous avez de la chance, la maison n’a pas complètement brûlé« .

C’est cela Visniec, du rire dans le pire, de la noirceur en grappe qui devient un récit politique. Ce que cherchent les parents, c’est à enterrer leurs morts. Ce que font les morts, c’est aider les vivants à les retrouver. Les fantômes sont là sur le plateau, sans que l’on sache qui est trépassé et qui ne l’est pas.

C’est là le génie de ce spectacle et de la mise en scène qui tient la route : un plateau nu, quelques rideaux qui viendront être le support à de glaçantes vidéos et surtout, une belle troupe de comédiens qui ont su capter toute la profondeur du texte, sans glisser ni dans la tragédie, ni dans la comédie.

Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux vient à la fois nous parler de l’intime et de toutes les guerres, Visniec mêlant dans les charniers les nazis et les communistes.

Les os se vendent, c’est la loi du marché, et les mères n’arrivent plus à pleurer, le progrès leur semble une idée saugrenue.

Les frontières sont factices, l’amitié est fausse, mais ce qui est sûr, c’est que le spectacle est bon !

Informations pratiques :

Du 6 au 28 juillet, à 13h30, durée 1H30, au Théâtre des Lucioles, 10, rue rempart St Lazare, Avignon. Réservation au 04 90 14 05 51

Voir tout les articles de notre dossier Festival d’Avignon ici

Fanboys vs. Zombies T1 : sang pour sang geek
Cycle film Noir au Louxor
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture