BD

Fanboys vs. Zombies T1 : sang pour sang geek

Fanboys vs. Zombies T1 : sang pour sang geek

09 juillet 2013 | PAR Sandra Bernard

fanboys-vs-zombies-tome-1

Créature vaudou puis ancien avatar de la culture underground popularisé par des films comme La nuit des morts vivants de George A. Romero, les zombies ont actuellement le vent en poupe. Mise en image dans cinéma de genre, le zombie a toujours été une source d’inspiration pour tous les auteurs d’épouvante. Depuis les années 2000, le zombie revient en force dans la culture occidentale et surtout dans l’univers des geeks. Avec des films comme 28 jours plus tard de Danny Boyle, Le jour des morts vivants George A. Romero, sans oublier l’éternel Evil dead de Sam Raimi ou encore prochainement World war Z de Marc Forster, le zombie est devenu un des éléments majeurs du retour de la mort dans notre quotidien.

En ce sens, le comics s’inspire librement de ces univers geeks et de la référence The Walking Dead. Dans le principe un groupe de jeunes gens se retrouve dans un huis clos avec des zombies et doit survivre coute que coute en se frayant un chemin parmi la horde affamée.

Fanboys VS. Zombies ne déroge pas à la règle pour le plus grand bonheur du lecteur. Ce qui le démarque est sans nul doute la composition du groupe de survivants et le lieu de l’action. En effet, il fallait oser proposer pour protagonistes un groupe d’amis geeks et situer l’intrigue de cette attaque de non morts au centre de la célèbre Comic-Con de San Diego. À l’inverse de bon nombre d’histoires de zombie mettant en scène, des personnes lambda, les auteurs ont fait le choix de mettre au-devant de la scène des geeks irrécupérables, n’arrêtant pas de se chamailler pour des histoires de filles et connaissant parfaitement le best seller « Guide de survie en territoire zombie » de Mark Brooks. Devant eux, d’autres geeks venus eux aussi à la Comic-Con, mais transformés en Zombies par une étrange réaction chimique. Tous plus enragés et délirants les uns que les autres, ces zombies geek apportent un mélange explosif, extraordinaire et passionnant.

Les auteurs ont tenté ici un pari risqué, mais au combien réussi. Sam Humphries le scénariste connu notamment pour la série The Ultimates chez Marvel et Uncanny X-force, écrit une histoire emplie d’humour et d’action, qui rend hommage à la culture geek avec des clins d’œil qui fourmillent dans bon nombre de pages. À la manière de Shaun of the Dead, ces pages s’enchainent sur des situations loufoques et captivantes. Ainsi, les planches de Jerry Gaylord sont un grand défouloir, un hymne à la Zombification joyeuse. Le graphisme cartoony et rigolo de Tony Chu n’est sans doute pas non plus étranger à cette légèreté morbide. Ainsi, malgré l’apparition de corps en décomposition, des membres déchiquetés, des têtes coupées. Tout est fait pour que le lecteur se délecte de cette lecture oh! combien réjouissante et  passionnante. Petit plus à la fin, bon nombre d’illustrations dont certaines du grand Humberto Ramos sont à découvrir.

D’un point de vue de la profondeur scénaristique, il ne faut pas s’attendre à retrouver une psychologie des personnages trop pointus ni une histoire avec de multiples rebondissements. Là n’est pas la question, ce premier tome est un défouloir dans la même veine que beaucoup de productions de ce genre. Le but principal est de survivre tout en amusant le lecteur. Pour un premier jet, Fanboys vs. Zombies a réussi son pari d’étonner, par son univers unique mélangeant la culture geek avec le survival horror. Espérons que dans les prochains tomes, le scénariste réussira à nous tenir en haleine avec des gags toujours plus drôles et des rebondissements plus profonds.

Fan de jeux de zombie, fan de films de zombie ou toute autre personne voulant survivre en cas d’attaque de zombie, la lecture de ce comics est indispensable pour découvrir une nouvelle espèce de zombie, les zombies geeks !

© Sam Humphries/Jerry Gaylord

Page sur le site de l’éditeur VF

Informations pratiques :

Scénariste Sam Humphries, Dessinateur Jerry Gaylord, Illustrateur Couverture Humberto Ramos, Collection: Comics, Format : 173 x 265 mm, 128 pages, Façonnage: Cartonné, EAN/ISBN : 9782723496759, Prix: 14.95€

Rimbaud d’Edmund White, une vie en enfer…
[Avignon Off] « Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux », un Matéi Visniec bien adapté
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *