Spectacles
“1983” d’Alice Carré et Margaux Eskenazi : l’art comme vecteur de mémoire militante

“1983” d’Alice Carré et Margaux Eskenazi : l’art comme vecteur de mémoire militante

12 January 2023 | PAR Julia Wahl

Le Théâtre Gérard-Philipe accueille jusqu’au 22 janvier 1983 d’Alice Carré et Margaux Eskenazi, un spectacle sur la Marche pour l’égalité et la montée du FN.

La résistible ascension du Font national

C’est autour de l’arrivée au pouvoir de Mitterrand en 1981 que le spectacle est construit : les espoirs que mettaient en lui les ouvriers et ouvrières, mais aussi la première génération d’immigré.es, lasse des contrôles et des violences systémiques. Point d’orgue de ces revendications, la Marche pour l’égalité et contre la racisme est mise en opposition avec l’audience toujours grandissante du FN et de ses idées. C’est surtout de cette dernière qu’il s’agira.

Les radios libres pour témoins

Pour relater cette ascension qui était sans doute résistible, Alice Carré a fait le choix de nous embarquer dans les aventures de radios libres et des mobilisations ouvrières de Talbot et de Citroën. Nous voyons certains différents protagonistes évoluer progressivement, avec le tournant de la rigueur, vers une allégeance au libéralisme. D’autres se tournent vers le FN pour donner libre cours à une rancœur liée à une précarité grandissante. Ce choix, un rien stéréotypé, est en soi discutable : au début des années 1980, en dépit des grandes affiches “Immigration = chômage” qui jalonnent la France, le parti de Jean-Marie Le Pen est encore un parti de petits patrons.

De l’archétype au stéréotype

De manière générale, le fait de passer systématiquement par des archétypes pose question : nous passons avec une étonnante facilité de l’archétype ou stéréotype, chaque personnage étant enfermé dans un emploi. Les choix de distribution participent de cette stéréotypie : l’idée est de faire jouer indifféremment des hommes par des femmes et des hommes par des femmes, des Blanc.hes par des personnes racisées ou non et des personnes racisées par des Blanc.hes. Problème : comment faire entendre un accent qui n’est pas le sien ? Le jeu des acteurs et actrices devient rapidement caricatural quand il s’agit d’imiter un accent qui leur est étranger.

L’art comme vecteur de mémoire militante

Il n’en reste pas moins un spectacle agréable, où les moments un peu didactiques alternent avec des passages plus récréatifs : les chants populaires (“La Semaine sanglante” ou les concerts de Carte de séjour) jouent le rôle de marqueurs politiques et affectifs, tandis que les moments d’humour (une imitation réussie de Le Pen à L’Heure de vérité, des adresses public…) permettent aux spectateurs et spectatrices de faire société. L’un des personnages du spectacle pose la question de l’art comme vecteur de mémoire militante : si c’était le but du spectacle, le pari est réussi.

Distribution

Conception Alice Carré et Margaux Eskenazi
Écriture Alice Carré
Mise en scène Margaux Eskenazi
Assistanat à la mise en scène Chloé Bonifay
Lumières Mariam Rency
Scénographie Julie Boillot-Savarin
Création sonore Antoine Prost
Création vidéo Quentin Vigier accompagné de William Leveugle et Léo Rossi-Roth
Prises de vue Raphaël Naasz et Quentin Vigier
Costumes Sarah Lazaro accompagnée de Mélody Cheyrou
Avec Armelle Abibou, Loup Balthazar, Salif Cisse ou Christophe Ntakabanyura, Anissa Kaki, Yannick Morzelle ou Lazare Herson-Macarel, Malek Lamraoui, Raphael Naasz ou Joseph Fourez et Eva Rami ou Pauline Jambet
Régie générale William Leveugle ou Madeleine Campa ou Thomas Mousseau-Fernandez
Régie Lumière Madeleine Campa ou Zoé Ritchie
Régie Plateau Thomas Mousseau-Fernandez ou Redha Medjahed
Régie Son William Leveugle ou Rose Bruneau
Habillage Sarah Lazaro ou Mélody Cheyrou ou Françoise Leger
Administration / Production Paul Lacour-Lebouvier
Administration Elliot Froidevaux
Diffusion Label Saison – Gwenaëlle Leyssieux
Production La Compagnie Nova et Théâtre National Populaire

En tournée

du 11 janvier au 22 janvier 2023, Théâtre Gérard Philipe, Saint-Denis

du 24 janvier au 31 janvier 2023, Théâtre de la Cité internationale, Paris

09 février 2023, Le Forum, Carros

14 février 2023, Théâtre du Fil de l’eau, Pantin

du 21 février au 24 février 2023, La Comédie, Saint-Étienne

le 07 mars et 08 mars 2023, Théâtre du Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

11 mars 2023, Théâtre Louis Aragon, Tremblay-en-France

le 18 mars et 19 mars 2023, La Ferme du Buisson, Noisiel

29 mars 2023, La Merise, Trappes

Visuel : © Loic Nys

Ted van der Hulst : J’ai voulu montrer la grande force du Petit Peuple !
Jeff Beck : disparition du guitariste légendaire
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Soutenez Toute La Culture
Registration