Performance
« Minuit avec Kaori » : la proposition audacieuse de la chorégraphe japonaise à La Scala

« Minuit avec Kaori » : la proposition audacieuse de la chorégraphe japonaise à La Scala

25 novembre 2019 | PAR Bénédicte Gattère

Accompagnée d’un « sexophoniste », oups ! d’un saxophoniste sur scène, Peter Corser, la chorégraphe et danseuse Kaori Ito dévoilait son nouveau projet à La Scala : un « Kaoriptease »… Prenant comme elle le dit elle-même, « le risque de l’improvisation », elle s’est jouée des attentes du public avec finesse et une bonne dose d’humour. On a adoré !

La scène parisienne a eu la bonne idée de donner carte blanche à la chorégraphe japonaise dans le cadre de ses « Minuit shows ». Partant de l’attrait qu’on lui connaît pour les robots humanoïdes, Kaori Ito s’est emparée de la proposition avec enthousiasme. Elle a ainsi inventé une pièce pour l’occasion, un « Kaoriptease » dans lequel elle se joue de nos préjugés quant à la sexualité (surtout s’agissant de la sexualité féminine). Dotée d’un humour que ne lui envieraient pas les pratiquant.e.s du stand-up, elle chauffe – littéralement ou presque ! – la salle au début du spectacle.

Exhortant les spectateurs et spectatrices à s’installer sur les coussins disposés sur le plateau, elle aide certains à vaincre leur timidité première. Puis elle fait un tour dans la salle, micro en main, pour poser des questions à chacun.e. D’abord sur des sujets anodins, et enfin, sur leur sexualité. Les réponses sont le plus souvent des parades, mais parfois, de manière inattendue, des spectateurs se livrent, parlent de la façon dont ils conçoivent les rapports amoureux, mis en confiance par le sourire encourageant de Kaori Ito.

Toujours avec beaucoup d’humour, elle joue avec les préjugés raciaux et sur la façon que l’on a en France de percevoir les jeunes femmes japonaises comme discrètes et dociles. Elle joue aussi de son personnage de Kaori Ito chorégraphe, le délaissant ou s’en moquant pour mieux nous donner l’illusion d’être en train de discuter avec notre meilleure amie, qui nous raconte sa vie (amoureuse et sexuelle, principalement). Cette complicité avec le public, c’est elle qui a su la créer dès le début du spectacle. De fil en aiguille, on se laisse embarquer ; certain.e.s feront les bruitages – même les bruitages érotiques ! – des deux solos qu’elle livre, d’autres viendront l’aider à se déshabiller lorsqu’elle exécutera le strip-tease d’une poupée-robot. D’autres préfèreront déposer un baiser sur sa main et choisissent de ne pas la déshabiller.

Le choix de l’improvisation fait ainsi surgir des moments d’émotion ou d’intimité avec le public, quelque chose avec lequel Kaori Ito sait merveilleusement composer mais aussi quelque chose que l’on voit rarement sur scène. Le parti pris de la chorégraphe de faire participer le public directement amène à une véritable écriture collaborative de la pièce qui se déroule sous nos yeux. Un risque qui vaut d’être pris : le public est ressorti un peu bousculé dans sa zone de confort mais ravi !

 

Les spectateurs peuvent continuer à se réjouir car d’autres dates à La Scala sont à venir, dans le cadre de cette carte blanche donnée à l’artiste.

Jeudi 30 janvier : Performance, Kaori Ito et Thomas de Pourquery

Samedi 15 février : Embrase-moi, Kaori Ito et Théo Touvet.

Toutes les informations sont à retrouver sur le site de La Scala Paris.

 

Visuel : © Josefina Perez Miranda

Une playlist presque virile (en fait)
« Last Whispers », l’oratorio d’une photographe au Festival d’Automne
Bénédicte Gattère
Étudiante en histoire de l'art et en études de genre, j'ai pu rencontrer l'équipe de Toute la culture à la faveur d'un stage. L'esprit d'ouverture et la transdisciplinarité revendiquée de la ligne éditoriale ont fait que depuis, j'ai continué à écrire avec joie et enthousiasme dans les domaines variés de la danse, de la performance, du théâtre (des arts vivants en général) et des arts visuels (expositions ...) aussi bien que dans celui de la musique classique (musique baroque en particulier), bref tout ce qui me passionne !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *