Opéra
GREEK de Turnage à l’Opéra de Berlin

GREEK de Turnage à l’Opéra de Berlin

31 août 2021 | PAR Nicolas Chaplain

La saison de la Deutsche Oper à Berlin commence en plein air, sur le parking avec Greek, un opéra de Mark-Anthony Turnage d’après la pièce de Steven Berkoff, une version moderne du mythe d’Œdipe dans les années 80. La production met en lumière le travail de deux jeunes femmes : Yi-Chen Lin, Kapellmeisterin depuis l’année dernière et Pinar Karabulut, metteuse en scène qui a le vent en poupe en Allemagne et dont ce sont les débuts à l’opéra.

Greek est créé en 1988 à Munich. Cet Œdipe moderne se joue dans la banlieue de Londres. Eddy – interprété par le virevoltant baryton Dean Murphy, très engagé scéniquement et vocalement – quitte ses parents et souhaite ainsi déjouer la prophétie d’une diseuse de bonne aventure (il tuera son père et épousera sa mère).  Il se retrouve dans un café où il tue le propriétaire et épouse la serveuse.

La musique de Turnage, influencée par le jazz et le rock mais aussi par Stravinsky et Britten est pleine de richesses, de vitalité, de percussions variées, cloches, clochettes, coups de sifflets et cuivres capiteux… Yi-Chen Lin impulse habilement fantaisie et vigueur tout en contrôlant subtilement les turbulences de la partition, suscitant parfois une noirceur mélancolique.

Ce n’est pas le chaos, la peste, l’insoutenable qui intéressent Pinar Karabalut dont la mise en scène est clownesque, acidulée, édulcorante.  La metteuse en scène évacue volontairement tout réalisme, toute psychologie – pourquoi pas ? – et, finalement, tout tragique. Elle fait fi de la cruauté et de l’agressivité contemporaine, de la morosité des pubs qui puent et du « tas de merde » qu’est l’East End londonien dans les années 80, de l’actualité brûlante (déterminisme social, chômage de masse, extrême droite, racisme, violences policières…) contenues dans le livret. Elle propose à la place un spectacle récréatif avec des barbes postiches et des perruques bigarrées, des tenues carnavalesques, un décor coloré et enfantin, des mimiques, des blagues et des danses qui peuvent laisser de marbre.

GREEK, Premiere 27. August 2021 Open-Air auf dem Parkdeck der Deutschen Oper Berlin, © Eike Walkenhorst

La Mousson d’été 2021 accueille la modernité
« Seule en sa demeure », le roman attendu de Cécile Coulon
Nicolas Chaplain

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture