Spectacles
La maison de la poésie devient véritablement une maison des auteurs

La maison de la poésie devient véritablement une maison des auteurs

25 avril 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La lecture comme art vivant, cela reste encore l’apanage de quelques curieux friands de festivals. Les temps changent car dans quelques jours, Paris va se doter d’un lieu où les auteurs auront leur maison… Il s’agit simplement de La Maison de la poésie.

Bernard Comment a élu voilà un an pour mettre en place un projet. Lui préfère parler de « désir », celui d’offrir dans la capitale un havre pour les auteurs.

La première décision aura été l’élection d’Olivier Chaudensson, l’homme de Manosque souhaite s’inscrire dans le passage d’une logique de théâtre à une logique de maison. La maison de la poésie va tout simplement avoir un contenu correspondant à son nom. Il s’agit d’une rupture mais aussi d’une continuité, la poésie est le cœur de cette maison, mais, « la poésie contemporaine est dans une crise de lisibilité, il faut la connecter au public de la littérature ». Ainsi, le nom Théâtre Molière qui ornait le fronton dans la ruelle disparaîtra au profit de Scène littéraire

Cette initiative répond à un besoin : celui de combler un vide à Paris où  il n’y a pas de lieu dédié aux auteurs. Comme le rabâche Emmanuel  Chaudensson : «  je veux que ce lieu soit dédié aux auteurs ». Et cela via toutes les formes d’expressions : rencontre, lecture, performance, hybridation de la lecture… »Je veux transmettre la Poésie et la lecture dans un contexte d’érosion de la lecture  » affirme-t-il.

Il y a ici un coup de poker à jouer. La Maison de la poésie était un théâtre centré sur les textes, maintenant, ce sera une maison, sans plaquette programmatique à l’année. Chaque jour, un événement  la saison 2013/2014 en comptera 200, aura lieu.

La nouvelle Maison de la Poésie veut démocratiser la poésie, la rendre accessible. L’idée est d’inventer une nouvelle forme de sociabilité autour de la poésie. Un bar-restaurant verra le jour, lieu de vie par excellence.

Une maison des auteurs, voilà un endroit qui manque cruellement, cela est vrai. Il n’y avait pas jusqu’à présent d’endroit où réentendre les lectures théâtrales qui se donnent au festival d’Avignon par exemple, cela de façon très événementielle. Telle une maison Jean Vilar, celle-ci sera aussi un centre d’archives.

Concrètement on y verra quoi ?

Et bien, des lectures musicales, des concerts littéraires  des cartes blanches à des éditeurs… On assistera aussi à des festivals, comme Paris en toutes lettres à l’automne.

Pour comprendre, il faudra s’y rendre du 16 mai au 22 juin. Pendant un mois, vous assisterez à la bande annonce de la saison. Par exemple, le 28 mai, Anouk Grinberg et Tzvetan Todorov liront Vivre dans le feu de Marina Tsetaïeva. Le 6 juin un Ping-pong aura lieu entre Albin de la Simone et Brigitte Giraud, une forme de lecture musicale.

Le site de la Maison de la Poésie

Tant qu’il y aura des bretons
ElektroKif : Ça dépote avec les danseurs de Blanca Li
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture