Humour
Odah & Dako: les rois de l’impro

Odah & Dako: les rois de l’impro

23 février 2014 | PAR Sonia Hamdi

Il est dit que rire rallonge la vie: vous gagnerez des années à découvrir ce duo de choc. Après avoir joué au Théâtre de Dix Heures, le tandem Odah & Dako -amis dans la vie, depuis l’enfance- s’est fait repéré par l’humoriste Nawell Madani qui les a choisi pour jouer la première partie de son one-woman-show, au Palais des Glaces (lire son interview ici). Au sein de ce temple de l’humour, où tous les plus grands ont fait un passage, ils ont leur propre spectacle.

dako2

En plus d’être drôles, les impros Dakodah sont d’un style inédit. Dans le «Rapmédie» (si l’on pouvait nommer un genre mêlant rap et comédie), les règles sont simples: avec dix mots et une instru’ ils improviseront une histoire. Si vous manquez de palabres à cause de l’effet de surprise -inévitable-, ces magiciens de la rime continueront, à partir d’objets donnés par le public.

Ils ont créé un show unique qui leur ressemble: une performance musicale où le rap est à l’honneur, mêlée à la créativité qu’inspire une scène de théâtre. Ils sont décidément plus comédiens que rappeurs, bien que leur talent ne puisse tenir dans aucune case ; de ce style de musique issu de la mouvance culturelle hip-hop, ils gardent surtout la forme d’expression vocale, la manière de scander leurs rimes improvisées. Les instru’ quant à elles varient: rock, zouk, funk, electro. Le public n’étant jamais le même, les shows passent et ne se ressemblent pas.

Au sein de la scène intimiste du Petit Palais des Glaces, le temps de quatre mises en scène, venez créer, venez rire. Si vos zygomatiques ne sont pas rassasiés, suivez leur chronique sur BeIN Sports, tous les mardis ou mercredis matins: ils improvisent la biographie des invités de l’émission l’Expresso (présentée par Thomas Villechaize et Vanessa Le Moigne)

Visuel (c) Odah & Dako

Gustave Doré : l’imaginaire au pouvoir, nouvelle exposition entre effroi et merveilleux au Musée d’Orsay
« Ma Révérence » : un polar délirant
Sonia Hamdi
Soutenez Toute La Culture