Théâtre
La 6e édition du Festival 7.8.9 aura bien lieu !

La 6e édition du Festival 7.8.9 aura bien lieu !

15 septembre 2020 | PAR Magali Sautreuil

Bonne nouvelle, la 6e édition du Festival 7.8.9 aura bien lieu du 18 au 30 septembre 2020, à Paris, au théâtre de Nesle. Malgré les difficultés engendrées par la crise sanitaire actuelle, toute l’équipe du théâtre s’est mobilisée pour que le spectacle vivant renoue enfin avec la scène et le public ! Agnès Bonnaud, la directrice du théâtre de Nesle, se confie sur cette édition un peu particulière de cet événement marquant le lancement de la saison théâtrale.

Malgré le contexte sanitaire actuel, vous avez décidé de maintenir la 6e édition du Festival 7.8.9. Pourquoi ? Avez-vous pensé, à un moment donné, l’annuler ?

Le théâtre de Nesle a fermé brutalement ses portes le 14 mars 2020. Je tenais la billetterie ce jour-là. C’est une compagnie qui m’a prévenue que les salles de spectacles devraient cesser toute activité le soir même. C’est avec tristesse que nous avons dû fermer nos portes. Nous avons hésité à maintenir le Festival 7.8.9. Nous avons en effet eu de nombreuses demandes de report des spectacles et nous étions dans le flou quant à l’état d’esprit et de santé des compagnies. Certaines d’entre elles, qui voulaient participer, n’ont pas pu le faire car elles ont été touchées par la Covid-19, d’autres n’ont pas pu répéter leurs spectacles comme elles l’auraient voulu. Nous avons néanmoins décidé de maintenir le festival vaille que vaille, du 18 au 30 septembre 2020. Normalement, ce dernier s’étend sur tout le mois de septembre, mais vue la situation exceptionnelle dans laquelle nous sommes, nous avons dû réduire sa durée à 12 jours. Nous ne voulions pas annuler cette sixième édition du Festival 7.8.9. pour ne pas rompre son essor et l’émulation qu’il avait réussie à créer au fil des années.

Comment avez-vous repensé l’organisation du festival pour répondre aux contraintes actuelles d’accueil du public ?

Afin de respecter les mesures sanitaires, nous avons choisi de ne pas organiser de vernissage. Nous ferons peut-être un pot de clôture en interne, uniquement avec les compagnies, si les restrictions sanitaires le permettent. Le port du masque est obligatoire au sein du théâtre et dans la rue de Nesle. Pour le confort et la santé de tous, nous avons laissé une distance entre la scène et le premier rang. Comme pour les représentations de juillet, nous invitons les spectateurs à laisser un siège entre les personnes qu’ils ne connaissent pas et eux-mêmes. Nous mettons à disposition du gel hydro-alcoolique et des masques pour ceux qui n’en auraient pas. Les parties communes sont désinfectées régulièrement. L’entrée et la sortie du théâtre sont distinctes. Les gens retirent leurs billets en amont, ne stationnent pas dans les parties communes et reviennent un peu avant le spectacle. Nous ouvrons la salle 10 minutes avant la représentation.

Qu’est-ce que la programmation de cette 6e édition nous réserve ?

La programmation de cette sixième édition du Festival 7.8.9. est toujours aussi variée et mêle théâtre, improvisation et spectacles musicaux. Du 18 au 30 septembre 2020, vous pourrez découvrir 11 spectacles différents ! Textes d’auteur et poésie sont à l’honneur. Le festival comprend de nouveaux spectacles de compagnies que nous connaissons tels que Rimbaud, une saison en enfer, mis en scène par Gauthier Leroy avec Éric Auvray qui avait présenté l’année dernière le Transsibérien, Roses, Roses. Et Roses ! d’Akihiro Nishida, un habitué du théâtre de Nesle, La peau d’Élisa avec Michèle Torris Klein qui avait participé au festival 7.8.9. il y a deux ans, Schnaps et Cornichons, Les Michel’s, Apollinaire, prince des poètes, ainsi que Passagers de Bérengère Jullian. Nous avons aussi décidé de prolonger des spectacles que nous avions programmés la saison passée, notamment Impro ! et Fushigi !, deux spectacles d’improvisation. Et nous avons également sélectionné des créations de compagnies avec lesquelles nous travaillons pour la première fois comme : Les Justes, la compagnie les 3D qui présente son tout premier spectacle : Les 3D : rendez-vous…, un centre d’art lyrique qui devait proposer La flûte enchantée dans son intégralité, mais qui, en raison de cas de covid-19 parmi ses membres, a dû repenser son spectacle pour qu’il puisse être joué avec une équipe réduite. Nous avons également programmé Luvina, une très belle pièce interprétée en espagnol, que vous pourrez facilement comprendre sans connaître un seul mot de la langue hispanique.

Pensez-vous organiser de nouveau une exposition artistique cette année pendant le festival ?

Comme l’année dernière, nous organisons une exposition temporaire dans le hall d’accueil du théâtre, pendant le festival 7.8.9. Cette année, nous accueillons Amaury Paring, un jeune dessinateur de 17 ans, qui est étudiant en troisième année de chirurgie dentaire. Il présentera une sélection de 16 dessins, sans encadrement, pour ne pas influer sur leur perception par le public. Ce qui me plaît dans les œuvres d’Amaury et dans sa démarche, ce sont son esprit de synthèse, le côté ludique de ses créations (les visages que l’on devine ou pas), ainsi que les lignes simplifiées et épurées de ses visages.

Amaury Paring : Depuis tout petit, je suis passionné par le dessin et la peinture. J’ai commencé à peindre pendant mes vacances, vers l’âge de 12/13 ans. Au début, je voulais imiter mon père, qui copiait des pochettes d’album. Mais je manquais de technique. Alors, j’ai commencé à tout simplifier. Mon thème de prédilection est la représentation des visages humains, un motif dont je ne me lasse pas et qui m’offre encore beaucoup de perspectives. Je les peins généralement de profil, avec quelque chose pour délimiter le nez et la bouche d’un côté, et, de l’autre, un élément figurant la chevelure. Je travaille beaucoup à l’encre de Chine, à la plume ou au pinceau, et avec les différentes possibilités que cette technique m’offre. Ce qui me plaît dans la peinture, c’est le geste et la détente que cela me procure. J’aime cette idée que le figuratif devienne presqu’abstrait et que le spectateur soit un peu troublé au premier abord. Les commentaires du public, ainsi que le regard qu’il porte sur mes œuvres, m’intéressent énormément. Au début, j’étais un peu impressionné par le fait d’exposer parce que cela actait le fait que je sois un artiste, alors que je n’ai pas la prétention de l’être. Mais au final, j’ai décidé de vivre cette expérience.

Avant de nous quitter pour mieux nous retrouver lors du festival, que souhaiteriez-vous dire à nos lecteurs ?

Il faut que les compagnies jouent et que le théâtre vive ! Nous remercions les compagnies dont la majorité a accepté le report des spectacles et nous a ainsi permis de traverser cette période difficile. Néanmoins la situation économique reste fragilisée. Les cours de théâtre dispensés par différentes compagnies ont pu continuer, pour certains à distance et ont repris progressivement en présentiel. Le théâtre de Nesle accueille en effet des cours toute l’année, ainsi que des stages d’improvisation. Les détails et coordonnées sont à retrouver sur notre site internet. Vous êtes les bienvenus pour les découvrir ! En tout cas, un grand merci aux compagnies, aux rédacteurs et aux spectateurs d’être là, pendant le festival et tout au long de l’année pour que le spectacle vivant reprenne !

6e édition du Festival 7.8.9 du 18 au 30 septembre 2020, à Paris, au théâtre de Nesle. Retrouvez la programmation du festival ici. Suivez le théâtre de Nesle sur Facebook (ici) et Instagram (ici).

Visuel : ©Théâtre de Nesle

Infos pratiques

Théâtre El Duende
Granville Gallery
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *