Humour
« Le Woop » au Bataclan : les youtubers ratent le live

« Le Woop » au Bataclan : les youtubers ratent le live

27 octobre 2015 | PAR Simon Théodore

Pendant une semaine, le Woop Gang prend possession du Bataclan. Sur la toile, les vidéos de ces youtubers sont visionnées plusieurs millions de fois. Sur scène, ils ont déjà effectuées plusieurs dizaines de dates à travers toute la France. Entre les 24 et 28 octobre, Mister V et sa bande font donc escale dans la mythique salle de spectacle parisienne.

Pour cette troisième date consécutive au Bataclan, la salle est, une nouvelle fois, bien remplie. À voir le public, ces humoristes jouissent d’une belle popularité auprès des ados et des jeunes adultes. Après avoir fait leurs premières armes sur scène au Paname Art Café, Youtube les a révélés au grand public. Il était donc intéressant de voir comment, dans un cadre moins intimiste, ce retour sur les planches était négocié…

En guise de première partie, le jeune magicien Kader Bueno se charge d’amuser les spectateurs. Déjà aperçu au Jamed Comedy Club, ce comédien aux allures de lycéen est lui aussi en train de percer. Entre « punchlines » issues de la tradition du stand up et tours de magie basiques, il instaure une belle ambiance dans ce Bataclan. Rapidement complice avec le public, il transforme des billets, fait apparaitre des colombes ou encore fait voler des tables. Parfois emprunts de poésie, ces tours sont associés à des vannes piquantes envers les Marocains, les Algériens et les « Noirs ». Rythmée, sa prestation fut divertissante et très sympathique.

Après ce bon moment, c’est enfin au tour du Woop de débarquer sur scène et d’enflammer le Bataclan. Les lumières s’éteignent et la musique ambiance la salle. Tout de suite, on comprend que cette troupe dégage une aura certaine et possède une solide base de fans. Les sept acolytes dansent, sautent et occupent tout l’espace. Immédiatement, c’est l’impression que le show sera bon qui gagne. Les phases où le collectif est réuni sont entrecoupées par des stands up. Chacun des artistes, sauf le MC Mike Kenli, s’essaiera à cet art difficile. Ces prestations solos marquent le début de la déception…

Hakim Jemili, Malcolm Totheworld et Jérémie Dethelot développeront des histoires de dragues, un sujet cher à cette génération. Sur le même thème, les prestations de Mister V et d’Hugo Tout Seul seront décevantes. Cela produit une certaine lassitude et inspire un manque d’imagination de la part des comédiens. Édulcorées, lourdes et grossières, les vannes prêtent au sourire mais jamais le rictus ne se transforme en véritable fou rire. Seul Youssoupha Diaby, micro à la main, s’en sortira en instaurant un autre univers, plus plaisant et plus fort. Ces passages en solo sont donc redondants mais une ébauche d’efficacité se forme lorsque les séquences sont ponctuées par l’intervention des autres comédiens. La complicité est mise en évidence et la puissance des vannes est doublée par des situations comiques. Cependant, même collective, la prestation est en demi-teinte. Le rythme ne faiblit pas et l’humour absurde devient plus intéressant. Le spectacle gagne en intensité, en diversité et en richesse grâce aux quelques moments chantés et entraînants. Néanmoins, le moment tant attendu de « La Notice », forme de sketch dont ils ont le secret, est moins drôle en direct que sur la toile. À l’évidence, le montage d’une vidéo joue sur l’impact des blagues et sur le comique de situation.

En somme, l’heure passée en compagnie du Woop n’est ni hilarante, ni ennuyeuse. Débordants d’énergie, ces comédiens ne parviennent pas à transformer les quelques bonnes idées en véritables bombes humoristiques. Difficile de savoir si c’est leur talent ou leur image reconnue de youtubers mais, force est de constater qu’ils parviennent à créer des rires dans le public. Néanmoins, il apparait certains que, composée de sept membres, le Woop Gang, est capable de créer des choses beaucoup plus efficaces, originales et drôles que ce qu’il propose actuellement…

Visuel : affiche du spectacle au Bataclan

Eric Pillot s’expose à l’Académie des Beaux-Arts
Un fan de the walking dead tue son ami en pensant qu’il se transformait en zombie
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *