Spectacles
François-Xavier Demaison joue dans la cour des grands

François-Xavier Demaison joue dans la cour des grands

23 novembre 2011 | PAR Thibault Bonnafoux

Après « Demaison s’envole » dans lequel il évoquait une partie de sa vie personnelle, le comique revient avec « Demaison s’évade » un spectacle sur des personnages tous plus hilarants les uns que les autres.

Il arrive, à l’heure, se regarde dans le miroir accroché au mur pour surveiller son léger embonpoint, s’assoit et écoute attentivement les questions qu’on lui pose. Bien conscient que les critiques de spectacles sur les sites web d’informations sont désormais presque aussi importantes que celles des journaux, il se réjouit à l’idée que l’on est pu apprécier son show. Apprécier est un doux euphémisme. Car durant une heure vingt, Demaison nous épate, nous surprend, nous fais rire…souvent jusqu’aux larmes. « Je crois que ce spectacle est plus efficace, il est plus grand public et puis j’assume totalement mes délires avec mes personnages. » Le mot est lâché : P-E-R-S-O-N-N-A-G-E !

Car le succès actuel de Demaison s’évade vient sans aucun doute de la diversité et de la subtilité avec laquelle sont joués le directeur de théâtre, le gynécologue italien, le voyant masseur ou encore le grand père jeune dans sa tête… « Ils viennent tous du cœur, j’ai vraiment envie de les habiter, de faire exister ces personnages de sorte que les gens aient l’impression de les avoir plus ou moins déjà vu. » Mais ce qui marque le public ce sont ses divers accents et ses nombreuses mimiques que le comique maîtrise à merveille à tel point que les spectateurs ne cesse de réclamer le désormais culte Bitou le castor. Avec une aisance sidérante et un capital sympathie incroyable auprès d’un public « qui le suit depuis quelques temps », François-Xavier Demaison se transforme et bouge en permanence (au point de mouiller entièrement sa chemise) dans ce théâtre de la Gaîté « que j’aime toujours autant car il jouit d’un rapport scène/salle assez agréable et puis ça fait une belle boucle avec ce retour ici après mon premier spectacle. » Si sa série de personnages est avant tout là pour faire rire, il n’oublie pas de nous rappeler le message qu’il y a derrière tout ça : « Depuis mon premier spectacle, le monde a pas mal changé donc c’est l’occasion pour moi de donner mon opinion, mon regard sur notre époque. C’est souvent acerbe et cynique comme je le lis un peu partout mais c’est aussi le monde qui est comme cela aujourd’hui. Je veux être dans l’air du temps. Être le plus moderne possible (d’ailleurs je me suis mis à Twitter ce que je commence peu à peu à comprendre). »

Il l’avoue sans détour : « Mon but est de parler au plus large public possible, c’est pour ça qu’on va faire une grosse tournée en province, au moins un an voire même un an et demi. En espérant que le public soit au rendez-vous » Et forcément, lorsque on lui répète des bribes de conversations entendues après son spectacle du type : « Il me fait beaucoup plus rire que Gad Elmaleh. » « Pour moi c’est vraiment le comique le plus drôle en ce moment. » « Il est tellement attachant et rien que pour son Bitou il faut faire le déplacement. » Il n’en croit pas ses oreilles. Certes il mesure le chemin accompli, mais reste très modeste. Avant une poignée de main franche et en nous remerciant pour « tous les compliments qu’on a pu lui dire » on parle cinéma et de ses prochains films : Il était une fois de Christian Merret-Palmair puis Comme des frères d’Hugo Gélin et actuellement dans la série Fais pas ci, Fais pas ça sur France 2.

Car pour cet ancien fiscaliste international, passer de la scène aux plateaux de tournage reste un rêve éveillé qu’il compte bien prolonger encore de nombreuses années.

On adore : le baume douceur lèvres Sinagua
Jean Paul Dubois signe un captivant Cas Sneijder
Thibault Bonnafoux

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *