Danse
<em data-lazy-src=

Violet sous acides au Festival d’Automne

16 novembre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le festival d’Automne accueille deux spectacles de la chorégraphe américaine Meg Stuart. Après The Fault Lines présenté à la Ménagerie de Verre, c’est au tour du centre Georges Pompidou de se faire envahir par « Violet », un trip dansé comme une attirante overdose.

Ils sont cinq danseurs et un musicien, Brendan Dougherty. On cherche le violet, absent. Pourquoi ce titre, pourquoi pas plutôt. Meg Stuart voulait une couleur qui sonne bien. Il faut dire, le violet appelle l’ultra et c’est bien la puissance qui sort ici des corps.

Tout commence par une montée. Ils sont alignés, l’époustouflant Alexander Baczynski-Jenkins commence à bouger les bras, le reste du corps et le regard eux restent fixes. Il frise la contorsion. Dans une diffusion imperceptible, les autres commencent à se mouvoir, chacun est déjà dans sa bulle. Les mouvements répétitifs et obsédants commencent en même temps que la musique devient de plus en plus présente, jusqu’à l’étourdissement.

C’est dans un vacarme de tous les diables que la bande des cinq peut libérer les pieds du sol et évoluer sur le reste du plateau dans des mouvements assumés de transe absolument speed pour eux et hypnotique pour nous.

L’ambiance est celle d’une rave party dans les années 90. Ces êtres sont ensemble mais ils sont absolument seuls. Leurs  corps sont sur terre mais leurs esprits sont ailleurs. La tension redescendra avant de  nous surprendre à nouveau, l’occasion d’un regroupement apaisant et nécessaire, telle une vague qui engloutit tout sur son passage , les danseurs  au sol s’amalgament dans un geste proche de l’esprit de Charmatz.

Inspirée par l’air du temps qui laisse flotter un vent radical sur la danse contemporaine, Meg Stuart livre un spectacle sans concession, hyper abstrait en même temps  résonant en chacun. Puissant.

 

 

Louvre secret et insolite écrit par Daniel Soulié
Live Report : Tony et les Cyclopes à la Favela Chic
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Violet sous acides au Festival d’Automne”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *