Danse

Les vibrations de Garry Stewart

17 février 2011 | PAR Alienor de Foucaud

Pendant cinq jours, Le Théâtre de la Ville accueille la nouvelle création de Garry Stewart, directeur artistique de l’Australian Dance Theatre ; Be Your Self. Sonnant comme une injonction, cette performance invite le public à s’interroger sur la nature du « soi » qui semble fonder l’identité de chacun. En conviant les architectes Diller, Scofidio et Renfro, le chorégraphe offre une danse énergique, faite de pulsations et de vibrations où le corps se déconstruit pour mieux renaître.

 

C’est à travers sa relecture du philosophe écossais David Hume et de discussions mûrement réfléchies avec le maître bouddhiste Jampa Gendum, que Garry Stewart s’est intéressé à la question de l’identité et de la nature du « moi ». Le corps de la danse n’est-il pas la meilleure preuve de notre existence ? Explorant la séparation du physique et du mental, le chorégraphe fait éclater l’unité de l’être par une multiplication de transformations, afin de mieux en cerner l’essence.

La lumière surgit dans un blanc immaculé, aucun repère spatio-temporel ne donne de cadre à cette scène. Le plateau lui-même est un costume, moteur à part entière de la chorégraphie. Dans ce théâtre holistique, les danseurs, l’action et le décor sont inextricablement liés. Les danseurs semblent être guidés par une force qui les dépasse, leurs corps-marionnettes s’agitent dans une frénésie énergétique qui semble incontrôlable.

Urbaine, moderne, conceptuelle, la danse de Garry Stewart appartient à une autre sphère, quasi futuriste. Les danseurs se meuvent tels des mannequins d’un défilé de Yohji Yamamoto ; la lumière est électrique et les décibels survoltés : entre rave party et techno parade, la performance de ces dix danseurs vibre, pulse et trépide.

A la frénésie musicale succède une fresque poétique d’une grande douceur où les membres se décomposent, s’embrassent et se détachent, plus rien ne semble pouvoir troubler ces « moi » qui se sont trouvés. Garry Stewart confirme ses talents de chorégraphe et performeur dans un spectacle vibrant et électrique, où l’identité de chacun retrouve son essence dans le corps de la danse.

 

 

Infos pratiques

Back to the future Irina Werning
Dvd: Liliom, de Frank Borzage
Alienor de Foucaud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *