Danse
Jerome Robbins et Mats Ek à Garnier : un équilibre éclectique

Jerome Robbins et Mats Ek à Garnier : un équilibre éclectique

21 mars 2012 | PAR Géraldine Bretault

Un double programme alléchant nous attendait ce soir au palais Garnier : Dances at a Gathering, de Jerome Robbins, et Appartement, de Mats Ek. Rencontre au sommet entre deux chorégraphes qui ont en commun une relation forte à la musique et le goût de la joie.


Créée en 1969, Dances at Gathering est la troisième pièce d’un quatuor dédié à la musique de Chopin. Jerome Robbins vouait en effet un amour sans bornes au compositeur romantique, dont les subtilités restaient selon lui à élucider à travers la danse. Les mazurkas et valses aux accents folkloriques servent ici un parterre d’étoiles à leur meilleur, dans une succession de tableaux colorés et abstraits qui évoquent parfois Balanchine, chez qui Robbins dansa. Délestée de toute narration, la pièce semble tout entière dédiée à la pureté du mouvement, explorant l’espace scénique dans tous ses recoins. Non sans renouveler au passage le vocabulaire du ballet classique avec une légèreté réjouissante. Les couples se font et se défont, avec ce soir une mention spéciale à Nicolas Le Riche et Clairemarie Osta dans leur pas de deux, ainsi qu’à Mathieu Ganio, d’une aisance époustouflante.

 

 

 

 

 

 

Après l’entracte, l’avant-scène recouvre la fosse, le rideau rouge a été remplacé par une version en carton pâte. Devant, trône le bidet de la pièce fétiche de Mats Ek, véritable ready-made à danser. Marie-Agnès Gillot peut alors se glisser sous le rideau et faire son entrée en habituée, elle qui a créé le rôle à l’Opéra Garnier en 2000. Pour le reste de la distribution, il s’agit essentiellement de prises de rôles ; Stéphane Bullion confirme son aisance dans le contemporain, notamment dans un pas de deux remarqué avec Ludmila Pagliero. Ovation également pour le Fleshquartet. Il faut dire que la composition du groupe suédois, créée en symbiose avec Mats Ek, est pour beaucoup dans la part de fantaisie que recèle la pièce, qui oscille perpétuellement entre réalisme et onirisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le noyau de la société décrite reste le couple – déjà exploré dans Smoke, pour la télévision en 1995, dans la version dansée par Niklas Ek et Sylvie Guillem. Un couple mis à mal par les agressions du quotidien, l’envahissement de la télévision, l’ennui. Mais un couple qui résiste, grâce à la Carte du Tendre contemporaine qu’esquisse pour lui le chorégraphe suédois. Son style très reconnaissable fait la part belle aux objets domestiques (le four, la télévision, les aspirateurs) pour mieux les détourner par le biais du burlesque.

Les tableaux s’enchaînent à vive allure, les danseurs semblent portés par l’énergie de la chorégraphie : les rappels furent nombreux.

 

Visuels : Mathieu Ganio, Nicolas Le Riche et Clairemarie Osta, Marie-Agnès Gillot © Sébastien Mathé / Opéra national de paris

 

Les sorties ciné du 21 Mars
Bensimon et Eram s’associent le temps d’un été
Géraldine Bretault
Diplômée de l'École du Louvre en histoire de l'art et en muséologie, Géraldine Bretault est conférencière, créatrice et traductrice de contenus culturels. Elle a notamment collaboré avec des institutions culturelles (ICOM, INHA), des musées et des revues d'art et de design. Membre de l'Association des traducteurs littéraires de France, elle a obtenu la certification de l'Ecole de Traduction Littéraire en 2020. Géraldine a rejoint l'aventure de Toute La Culture en 2011, dans les rubriques Danse, Expos et Littérature. Elle a par ailleurs séjourné à Milan (2000) et à New York (2001, 2009-2011), où elle a travaillé en tant que docent au Museum of Arts and Design et au New Museum of Contemporary Art.

One thought on “Jerome Robbins et Mats Ek à Garnier : un équilibre éclectique”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture