Danse

Denrées périssables : les chorégraphes Cathy Testa et Marc Thiriet font danser la violence ( Show Case Gratuit)

12 février 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Bon plan: représentation gratuite dans le cadre du show case du Mercredi 17 fevrier à 15h.

C’est dans un univers sombre que Cathy Testa et Marc Thiriet nous emmènent avec force et talent pour « Denrées périssables » à l’affiche du théâtre Sorano de Vincennes jusqu’au 18 février.

(c) Stéphane Branger
(c) Stéphane Branger

Il faut s’habituer au noir…des abysses? D’une nuit? D’une backroom de boite de nuit? On ne sait pas où l’on se trouve. Une danseuse telle une ombre danse sans musique, elle danse contemporain-classique, plaisant. La lumière monte doucement, doucement, et quatre autres danseuses frayent l’obscurité. Quatre sont des jeunes femmes imposantes, elles entourent une danseuse de petite taille, très mince, faussement fragile. La lumière est maintenant là et l’on voit sur scène deux cages en verre au double fond aquatique.

Le thème de la pièce est sans aucun doute les rapports de soumission et de pouvoir dans la société contemporaine- individualiste. Chacun y verra ce qu’il voudra dans le domaine, mais les contorsions dans les cages, la superbe scène où la « petite » Hanko Danjo danse en marchant littéralement sur ses « grandes » compagnes devenues ses esclaves, est bien sur la scène troublante où les cinq femmes laissent filer l’eau de leur bouche à tour de rôle, seule ou prenant comme support l’autre,  laisse penser à un rapport de soumission dans les rapports de séduction rapides : séduire, consommer, jeter.

(c)Stéphane Branger
(c) Spéphane Branger

L’eau est le fil conducteur de cette pièce, présente sur scène physiquement, elle flotte aussi grâce aux vidéos qui sculptent la lumière de Mathieu Besson et l’enivrante musique originale tendance électro de Guillaume Feyler. Eau stagnante, cette eau là n’appelle pas les piscines à l’air libre mais plutôt des baignoires froides. Tout dans ce très beau spectacle oscille entre grâce et violence, la danse jouant de la douleur à maintes reprises.

A découvrir.

Théâtre Sorano, 16 rue Charles Pathé, M Château de Vincennes, jusqu’au 18 fevrier 2010, les mardis , mercredis, jeudis à 20H45, 15, 12 et 10 euros. 0143747374.

Site de la compagnie: collectif zone libre

Une artiste des Beaux-Arts censurée
Chanter pour résister à la Cité de la Musique
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

7 thoughts on “Denrées périssables : les chorégraphes Cathy Testa et Marc Thiriet font danser la violence ( Show Case Gratuit)”

Commentaire(s)

  • Soline Pillet

    ah oui, ça donne envie d’y aller !!!

    janvier 21, 2010 at 11 h 47 min
  • Dave

    Il ne faut pas juste avoir envie d’y aller, il faut y aller. Superbe spectacle.

    janvier 21, 2010 at 12 h 07 min
  • Stephane Branger

    Allez y, j’ai assisté à la Générale en tant que photographe et j’ai été réellement conquis par ce spectacle.

    janvier 24, 2010 at 18 h 22 min
  • canoline

    A découvrir également L’exposition :

    Réalisée par deux jeunes artistes, Denis Gallard et Michel Colline, l’exposition Denrées Périssables évoque le corps en mouvement et la création chorégraphique. Les gestes fluides s’échappent, les tensions des corps s’affirment et se matérialisent sous des courbes figurées, dessinées en acrylique clair et acidulé. Quelques rêveries douces et amusées s’évadent d’autres plus monstrueuses s’installent dans l’espace. Ces lignes imaginaires renforcent la sensation de mouvement. Rien n’est figé, tout est en mutation. La métamorphose trouve son esthétique. Une exposition à ne pas manquer pour ceux qui apprécie la photo et l’art naïf du dessin.

    Denrées Périssables, exposition du 20 janvier au 28 février à l’espace Daniel Sorano, 16 rue Charles Pathé, 94 300 Vincennes. Métro Bérault, château de Vincennes, RER A Vincennes.
    Tous les jours, entrée gratuite.

    février 2, 2010 at 11 h 41 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *