Musique

Chanter pour résister à la Cité de la Musique

12 février 2010 | PAR Ariane Lecointre

Les combats sont collectifs mais ethniques, les passés et les pays d’origines diffèrents, mais l’arme est toujours la même : la musique. La Cité de la Musique consacre un cycle de concerts dédiés à ces chanteurs de la liberté, du 12 au 16 février.

« Résistances » est le nom donné à ce cycle de musiques du monde. Les chanteurs viennent d’horizons très différents, et sont les hérauts d’une tradition qui périclite. Qu’ils soient touaregs (groupe Tinariwen), malgaches (Tsapiky), indiens navajos (The Jones Benally Family Blackfire) ou asiatiques (Yungchen Lhamo et Sainkho Namtchylak), ces artistes se battent pour que la mondialisation n’avale pas leur culture.
La musique est le vecteur idéal de partage de patrimoine, puisqu’elle est le seul langage compréhensible par tout le monde. Le samedi après-midi est consacré à une table ronde sur le thème des « musiques du monde à l’heure de la mondialisation ».
Les chanteurs allient modernité et tradition, reprennent des chants tribaux et les adaptent à la fibre rock ou pop, porteuse des revendications.

« Résistances », du 12 au 18 février, Cité de la musique, 221, av. Jean-Jaurès, Paris 19e, m° Porte de Bagnolet,de 18 à 24 €, réservation : 01-44-84-44-84 .

Denrées périssables : les chorégraphes Cathy Testa et Marc Thiriet font danser la violence ( Show Case Gratuit)
Lancôme maquille Beckham
Ariane Lecointre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *