Arts

Une artiste des Beaux-Arts censurée

12 février 2010 | PAR Delphine Ameline

L’artiste chinoise Siu Lan Ko a été censurée aujourd’hui, alors que son exposition « Week-end de sept jours » devait commencer. La raison ? Quatre mots sur des banderoles accrochées sur la façade de l’école des Beaux Arts : Travailler, gagner, plus, moins. Choquant ?

Le vernissage de Siu Lan Ko, 33 ans, était prévu aujourd’hui, dans le cadre de l’exposition collective « Un week-end de sept jours ». Le concept de cette exposition était de présenter du 13 au 21 février les œuvres d’étudiants du Royal College of Art de Londres et de Lasalle College of the Arts de Singapour. Mais la femme, âgée de 33 ans, connaît bien l’école des Beaux Arts de Paris puisqu’elle y avait déjà étudié deux ans et avait imaginé pour cette exposition des bannières réversibles, accrochées aux façades de l’école. Ainsi, tout le monde peut lire, selon la place et la visibilité les quatre « terribles » mots : Travail, Gagner, Plus, Moins. Imaginez le nombre de formules possibles… Cela rappelle évidemment la phrase de Nicolas Sarkozy « Travailler plus pour gagner plus », slogan de sa campagne électorale. Un concept artistique et non politique. Siu Lan Ko avoue « s’être inspirée du slogan de Sarkozy », mais le but était d’évoquer «  à la fois la question du travail et de la propagande, dans un esprit universel ».  Pourquoi a t-elle été censurée ? Mercredi, les bannières ont été accrochées comme prévu. Le jour même, elles sont retirées par la direction de l’école qui trouvait cette « exposition trop dérangeante ». La commissaire de l’exposition, Clare Carolin a donc décidé de rapatrier les bannières à l’intérieur de l ‘école. La jeune artiste a évidemment été prévenue trop tard. Une attitude plutôt choquante dans une démocratie. L’art doit – il être censuré en France ? Dans une école, censée permettre la liberté d’expression, dans un pays qui prône cette même liberté, comment une bannière qui reprend un slogan électoral peut – il déranger ? Pour Siu Lan Ko, cette censure montre dans « quel climat conservateur est tombée la France de Sarkozy » et « à quel point celui-ci fait peur ». L’artiste pourrait porter plainte.

Dailymotion et EMI partenaires
Denrées périssables : les chorégraphes Cathy Testa et Marc Thiriet font danser la violence ( Show Case Gratuit)
Delphine Ameline

One thought on “Une artiste des Beaux-Arts censurée”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *