Danse

Ad Vitam de Carlotta Sagna

04 mai 2010 | PAR Claire Linda

« …Pour les hommes qui savent vivre ». A la lecture de ce slogan publicitaire, Carlotta Sagna se demande « … et les autres ? », ceux pour qui les choses ne sont pas une évidence. Carlotta Sagna, danseuse, chorégraphe et comédienne Italienne offre avec son spectacle Ad Vitam un instant de grâce et d’intimité. Elle s’interroge avec humour et pudeur sur les comportements quotidiens, les interactions avec autrui, se demande si les « hommes sains sont dans la fausseté ».

Carlotta Sagna alterne voix parlée et corps dansé, elle explore une gestuelle gagnée progressivement par la folie, l’empêchement, le contrôle forcé des émotions telle que la colère, et toutes ces questions qui ne sont pas partagées où discutées et conduisent à la solitude et l’isolement.
Ad Vitam est un spectacle intime où la chorégraphe s’inspire en partie des carnets de sa mère, Anna Sagna, avec curiosité et tendresse. Seule sur scène, toujours drôle et piquante, elle occupe le plateau dans une gestuelle chorégraphiée et une maîtrise totale du signe théâtral. Ad Vitam est une surprenante composition : monologue de théâtre et solo de danse s’alternent et se confondent. « Sans surprise il n’y a pas de beau, la beauté est surprenante » dit-elle sur scène et livre avec Ad Vitam un surprenant solo plein de beauté, de justesse et de force.

« J’ai écrit un solo. J’ai écrit le texte sans trop penser à la mise en scène et me suis préparée aux répétitions en studio sans trop penser que c’était moi qui allais répondre aux propositions. Mais quand j’étais, à proprement parler en répétition, le fait d’être seule devenait primordial. La liberté absolue qu’on a quand on est seul peut devenir un piège. Ce n’est pas une question de discipline. Je ne peux pas tricher avec moi, je me connais trop pour pouvoir me charmer avec des “trucs” de comédien. Je cherche le vrai, et le vrai est toujours en mouvement. Alors j’évite de “fermer” les choses et je me méfie des “bonnes idées”. Je me rends compte en l’écrivant que ce procédé de travail (qui n’est pas une méthode puisque je l’expérimente) a quelque chose de schizophrène. C’est un hasard, du moins je le crois, vu le propos de la pièce. […] Quant on dit à un artiste : “tu es fou” c’est indéniablement un compliment. Je me mets dans la peau de quelqu’un qui est sur le point de basculer dans la folie (j’utilise, à propos, ce terme générique). Lucide et intelligent son raisonnement risque de le conduire de fil en aiguille, avec une logique inattaquable vers des abîmes dangereux. Le précipice est à la portée de tous, la vie nous en fait frôler le bord à plusieurs reprises, faire le pas et y tomber n’est qu’une petite faiblesse. » Carlotta Sagna

Chorégraphie et interprétation : Carlotta Sagna
Texte : Anna Sagna et Carlotta Sagna

Du 4 au 11 Mai 2010 à 21h / Relâche les 8 et 9 mai.
Durée 50mn
Théâtre de La Bastille 76, rue de la Roquette 75011 Paris
01.43.57.42.14

Infos pratiques

2010/2011, la saison des monstres au Théâtre du Rond-Point
Gagnez 20×2 places pour Prince of Persia : les sables du temps, au cinéma le 26 mai 2010
Claire Linda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *