Comédie musicale
Pourquoi c’est génial d’habiter Avenue Q

Pourquoi c’est génial d’habiter Avenue Q

21 février 2012 | PAR Melanie Bonvard

C’est un des évènements culturels majeurs de ce début d’année. La comédie musicale de Broadway Avenue Q est enfin à Paris, et ce depuis le 7 février 2012. Que vous aimiez ou pas les comédies musicales, ce spectacle est fait pour vous. Explication.


D’abord, l’affiche subtilement trompeuse : des petites marionnettes font sourire et on se croirait invité à voir une mignonne représentation pour enfants. Détrompez-vous. Avec ses allures de 1 rue Sésame, Avenue Q en est au contraire la caricature. Entre la japonaise que l’on prend pour une chinoise, l’humoriste raté, l’ancienne vedette de télévision, l’homosexuel refoulé sans oublier le tout jeune diplômé entrant dans la vie active… Tout le monde en prend pour son grade et c’est avec un regard novateur que l’on (re)découvre notre chère société. Avenue Q fait mal là où il faut, dénonçant avec un humour adorablement noir les préjugés. C’est sur une musique rythmée et enfantine que l’on prend conscience que, oui, tout le monde est raciste et que, oui, tout le monde est pervers. Les histoires d’amour deviennent des histoires de fesses. Bref, Avenue Q c’est finement Broadway qui se fout de Broadway.

On a du mal à imaginer une adaptation en Français de cette comédie musicale originellement écrite en anglais pour une société américaine. Nous voilà encore dupés quand on se rend compte que, de la société américaine à la société française, il n’y a qu’un pas. L’adaptation est une véritable réussite. Tout concorde : de la vanne raciste sur les belges aux références musicales, la crédibilité est au rendez vous. La mise en scène, quand à elle, ne se laisse pas désirer. Alors que le public s’installe, il entre déjà dans l’ambiance du spectacle avec une lumière tamisée, des cris de chat et autres bruits de rue qui parcourent la salle.

Loin de West Side Story, Wicked ou encore Mary Poppins la capitale de la comédie musicale sait se renouveler et vivre avec son temps, faisant des histoires pleines de bons sentiments de fabuleuses satires qui donnent un véritable coup de fouet.

 

Une nuit d’Histoire en 3D aux Invalides
Au pays des kangourous, de Gilles Paris : Un anticyclone sur la dépression.
Melanie Bonvard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *