Cirque
« Ouvert ! », le groupe F offre une sombre inauguration du Festival d’Avignon

« Ouvert ! », le groupe F offre une sombre inauguration du Festival d’Avignon

06 juillet 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Voilà, c’est parti ! Le 67e festival d’Avignon a débuté hier soir et cette nuit.

Le matin, en conférence de presse on aura pu entendre Hortense Archambaut, co-directrice du festival avec Vincent Baudriller, parler pour leur dixième et dernière programmation, de « festival assez sombre ». Quant à lui, Stanislas Nordey, co-artiste associé aux côtés de Dieudonné Niangouna, a préféré parler de « responsabilité’.

FabricACes deux sensations se retrouvaient lors de la « fête » d’ouverture, à la Fabrica. Il s’agit du nouveau lieu de résidence et de création pensé à et pour Avignon, monumental, situé dans les quartiers sensibles de la ville, entre Monclar et Champfleury. Dans une triple inspiration : la cour d’honneur, les cloîtres et le gymnase Aubanel, le lieu permet la création de spectacles de A à Z aux dimensions réelles de la cour sous un gril vertigineux. Les artistes pourront y loger et, pendant le Festival, des spectacles s’y donnent.

Il n’était pas question ce soir d’entrer dans le cube de la Fabrica,  mais plutôt  de la regarder changer de visage, alors qu’il a subi le coup de pinceau  pyrotechnique du désormais célèbre groupe F.

Ceux qui font danser le feu sur l’eau s’attaquent aux murs en excellents danseurs-escaladeurs. Le spectacle Ouvert ! est pensé comme un portrait du quartier, figure emblématique d’un renouveau du festival. Les saynètes s’y succèdent dans un procédé technique époustouflant venant allier le feu et la vidéo dans un englobement total de l’endroit.

Si le début du spectacle tient du génie (on ne peut rester que bouche-bée devant l’interaction entre ces humains recouverts de combinaisons pare-feu pleines de diodes et les films du départ qui mettent en scène l’abattage industriel, la chaîne déshumanisée), le propos se perd dans un manichéisme venant opposer la légèreté de dessins d’enfants aux images des prisons, des vitres brisées ou des voies rapides où les piétons préfèrent accélérer plutôt que d’accéder au passage sécurisé.

Il y a dans ce spectacle une belle idée politique, celle de décloisonner les quartiers, celle de donner à voir un spectacle de qualité, gratuit, à ceux qui naturellement ont intégré le poncif  » le festival ce n’est pas pour nous ». En cela, Ouvert ! est une réussite, la foule très nombreuse ne peut que le prouver. Du point de vu artistique, le propos ne sait pas choisir entre un spectacle d’émotion ou de récit. Le rythme peine et les acrobaties de génie des acteurs en deviennent banales, frisant la caricature quand, dans ce quartier où la violence se manifeste souvent, ce sont ici les incivilités mêmes qui sont présentées.

Ouvert ! perd de vue le Festival pour se concentrer sur des questions municipales. Les trompettes de Maurice Jarre ici associées à un rideau rouge, objet banni du festival, ne suffisent pas à créer du sens. La performance ne parvient pas à atteindre l’esthétisme nécessaire à une contemplation.

photo (88)Mais dans la continuité de la nuit, le bar du festival nommé bar du In par ses « addicts » ouvrait ses portes pour une délicieuse première soirée et les ballets des travailleurs du off battaient leur plein. Le festival est définitivement Ouvert !

Voir tout les articles de notre dossier Festival d’Avignon ici

 Visuel : (c) ABN

Un empire de l’éphémère éclectique ? Mode et décoration à Compiègne
Compartiment n°6 de Rosa Liksom
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *