Cirque
Biac 2021 : « Skywalk above Prague » : un documentaire haletant perché à 40 mètres.

Biac 2021 : « Skywalk above Prague » : un documentaire haletant perché à 40 mètres.

09 février 2021 | PAR quentin didier

Pour sa quatrième édition, la Biennale internationale des arts du cirque n’ouvre ses portes qu’aux professionnels, situation sanitaire oblige. Ces « rencontres professionnelles » organisées sur quelques jours au début février en partenariat avec la fondation BNP Paribas, permettent aux artistes de tout de même présenter leur travail devant du public. C’est le récit d’une incroyable performance qui nous est livré avec le documentaire Skywalk above Prague qui ne bénéficie pas encore d’une distribution. Plongez dans l’univers d’une funambule, à plus de 35 mètres de hauteur.

Récit d’une vertigineuse expérience

Alors oui le jeu de mot est aisé mais percutant car la prestation de l’artiste Tatiana-Mosio Bongonga présentée dans ce documentaire donne le vertige. C’est en 2019 à Prague qu’elle se donne le défi d’entreprendre une marche sur un fil de 400 mètres de long au-dessus de la Vlatava, le tout sans harnais et sans filet… Le spectacle prend alors une ampleur certaine. N’importe quels yeux se rivent sur Tatiana, n’importe quel souffle se coupe à la vue d’une telle traversée. Cette dernière impressionne par sa démesure. C’est du grand spectacle à la portée des habitants de Prague, puis maintenant à la poignée de spectateurs qui assistent à la projection de ce documentaire dans le cadre de la Biennale internationale des arts du cirque 2021.

C’est en effet une performance à la dimension artistique évidente. Tatiana s’amuse à quelques instants lors de sa traversée. Elle ponctue les rythmiques et les notes du groupe qui l’accompagne en bas, avec quelques pas de danses et un immense sourire. Ça nous fait évidemment frémir même à travers l’écran, et en cela Tatiana-Mosio Bongonga réussit un premier pari en fascinant le spectateur par son adresse et son cran. Son défi captive petits et grands sans distinctions. La funambule réussie ici à porter sa discipline vers des sommets, tout cela avec un équilibre sans commune mesure. Véritable légende du funambulisme, le tchèque Rudy Omankowski est présent pour assister à ce moment de grâce, impressionné lui aussi par la jeune femme.

Le funambulisme comme catharsis et émancipation

Mais Skywalk above Prague n’est pas le simple récit d’une performance purement exceptionnelle. Non ici la performance témoigne de l’émancipation d’un être, d’une jeune femme pour qui sa discipline artistique touche sa propre âme. C’est à des mètres au-dessus du sol que Tatiana-Mosio Bongonga s’accomplie, qu’importe le danger. C’est n’est pas l’adrénaline que l’artiste recherche, mais le calme olympien nécessaire à sa concentration. A travers ce documentaire, Tatiana communique avec sincérité sur sa vie, sur ses failles. Elle explique avec d’émouvantes paroles comment marcher sur un fil, seule avec ses pensées et son courage, transcende tout cela. Alors, plus qu’une acrobate qui impressionne, c’est une femme qui subjugue par son intense désir pour la vie qui capte le spectateur. Tatiana-Mosio Bongonga revêt avec ce défi fou, l’habit d’une énième âme en quête d’émancipation. Cette recherche de liberté là est pleine de démesure, d’originalité, et il faut se le dire, cette discipline est ô combien évocatrice. Pour certains la transcendance du funambulisme passe par le fait de quitter le sol de longs instants, pour d’autres ce sera le soulagement de regagner la terre ferme après avoir passé trop de temps dans les nuages.

Visuel : Affiche Biennale internationale des arts du cirque 2021

Reines pour Reines dans le bel canto à Monaco
Contre la politique culturelle des voix s’élèvent: incompréhensions, contestations, interpellations
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture