Musique

Une saison Chopin

17 mars 2010 | PAR Ariane Lecointre

Deux grandes expositions parisiennes retracent la vie du maestro romantique Frédéric Chopin pour un printemps 2010 très musical. Le bicentenaire de la naissance de cet immense musicien est l’occasion de découvrir son œuvre, en musique et en image, de Paris à Varsovie.

Le Musée de la Vie romantique recrée, du 2 mars au 11 juillet, une atmosphère Chopin délicieusement romantique, chargée de frou-frou, de poétique du nocturne, de notes suspendues. Le jeune Frédéric Chopin fait partie de la vague d’immigration polonaise, qui s’installe au cœur de Paris et impose son style de vie. Il rejoint à son arrivée en France, en 1831, « la confrérie romantique de Paris », composée notamment de Liszt, Mendelssohn, Berlioz et Hiller.
Chopin vit grâce aux cours de piano qu’il donne aux riches familles, préférant aux concerts les petits auditoires, les espaces intimes et les nuances profondes du piano Pleyel. C’est dans un cocon foisonnant d’artistes réputés, son ami Delacroix, son amante George Sand, la cantatrice Pauline Viardot…, que Chopin libère sa puissance romantique. L’artiste vit entre Nohant et Paris, discret, malingre, mais enivré de la poésie de la musique. Frédéric Chopin est autant peintre que musicien, comme Delacroix fait vibrer les couleurs, les correspondances et les synesthésies façonnent l’atmosphère de l’artiste. Entre le bleu et le gris, l’heure du crépuscule fait résonner les accords de Chopin. Cette Note bleue porte en effet la couleur de la nuit qui tombe, dans laquelle les tons et les sons se font écho. George Sand, dans Impressions et souvenirs évoque cette «note bleue [qui] résonne et nous voilà dans l’azur transparent.»
La petite exposition du musée de la Vie romantique, lieu de prédilection de Chopin et de George Sand, nous plonge dans cette atmosphère intime, dans ce dialogue des couleurs et de la musique. De superbes toiles et dessins de Delacroix, de Corot, de Scheffer… et un fond sonore des œuvres de Chopin nous font aussi plonger dans la douceur et dans les idées du romantisme, sans prétention didactique superficielle.

La Cité de la Musique propose une exposition sur les rencontres de Chopin, avec ses contemporains et avec le piano, du 9 mars au 6 juin. Voir notre article.

La Société Chopin à Paris organise des concerts hommages, du 18 juin au 14 juillet, de Chopin et Schumann, né lui aussi en 1810. De très grands pianistes investiront l’Orangerie de Bagatelle, Jean-Marc Luisada, Anne Queffelec, François-Frédéric Guy… y faisant entrer la fibre vibrante de romantisme des deux compositeurs.

Enfin, la Pologne, mère patrie de Frédéric Chopin, met également le compositeur à l’honneur. Une Folle Journée de Varsovie consacrée à Chopin prolonge celle de Nantes du 11 au 13 juin. Les musiciens prendront leurs quartiers dans les rues de la capitale polonaise, leur donnant un air de fête. Varsovie a inauguré en mars un musée dédié à Frédéric Chopin, qui regroupe les objets marquants de sa vie dans onze salles à thème.
L’année 2010 marque donc le retour du romantisme, des mazurkas, des polonaises, des valses, des nocturnes, de la poésie musicale d’un immense compositeur, qui compose avec finesse dans les sons et les couleurs.

Informations :

Du 2 mars au 11 juillet, La Note bleue – Musée de la Vie romantique, Hôtel Scheffer-Renan, 16 rue Chaptal, 75009 Paris, tél. : 01 55 31 95 67 – M° St Georges (12), Blanche (2), Pigalle (2, 12), Liège (13) – Tarifs 7 € – 5 € – 3,5 € –ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 20h

M6 rend hommage à Super Nanny
Les Histoires comme ça de Rudyard Kipling se racontent à la Passerelle
Ariane Lecointre

2 thoughts on “Une saison Chopin”

Commentaire(s)

  • Rouchel Anne Marie

    Bonjour ,
    comment peut-on réserver des concerts à l’orangerie de Bagatelle ?

    merci ,salutations

    Anne-Marie

    mars 21, 2010 at 19 h 10 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *