Musique

Tck tck tck… Festival des Inrocks : vendredi soir à la Cigale

07 novembre 2009 | PAR Pauline

La Cigale. Vendredi. Sans aucun doute la soirée la plus animée du festival jusqu’ici. Grâce à Ebony Bones, Black Lips mais aussi Little Boots.

softpackAprès les toulousains de The Dodoz, The Soft Pack entame une musique entrainante mais peu révolutionnaire. Charmants, propres sur eux (vive le petit polo et le pull en V), rasés de près et cheveux courts, à première vue les Soft Pack sont un peu trop doux et pop pour du rock. Et pourtant, ils nous offrent un son dynamique loin d’être ennuyeux. Seul défaut : on passe un bon moment mais ce serait possible avec des dizaines d’autres groupes. Ce soir The Soft Pack, demain d’autres qui réussiraient tout aussi bien à nous faire danser avec eux ?

Plus original, Little Boots et son look de barbie boudinée viennent surprendre un public qui ne demande qu’à être conquis. Chevelure peroxydée, robe à paillettes et talons aiguilles font de Little Boots une chanteuse pop superficielle qui étonne tout de même par un charisme auquel on ne s’attendait pas. Bien dans ses bottes, la chanteuse fait comme elle peut face aux aléas du direct. Un ampli en panne, elle en profite pour pianoter un peu et combler les vides du mieux possibles avec un sourire un peu gêné. Adulée par un public essentiellement masculin (les filles seront plutôt agacées par la blonde platine et son son pop à la mode…), elle n’hésite pas à changer le set de ses chansons pour jouer « Mathematics » à la demande d’un adorateur. little-boots

theblacklips01Exit les amoureux transis, les amateurs de pogo font leur entrée. Cannettes de bières jetées au public, teenagers survoltés, l’ambiance s’électrise d’un coup. Si la prestation musicale des Black Lips peut laisser à désirer, leur côté rocker enthousiasme les fans. Une groupie se précipite sur la scène pour embrasser ses idoles et le signal de départ est lancé. D’un coup, la moitié de la salle se rue sur les chanteurs. Dès le troisième morceau, l’ensemble du groupe est caché derrière une cinquantaine de personne. L’air de rien, on les sent un peu dépassés les rockers qui veulent se la jouer concert à la Iggy Pop. Hop, une chanson c’est bien mais ce serait quand même pas mal si la foule retournait à sa place : dans la fosse. S’ensuit alors une bataille forcenée entre quelques irréductibles qui veulent chanter et danser avec leurs coqueluches et les techniciens aidés par la cavalerie-sécurité qui tentent de les maintenir en dehors du périmètre de sécurité. Face à la loi du nombre, le combat s’avère vite inégal, les vigiles baissent les bras et la scène croule à nouveau sous un public plus déchainé que jamais.

ebonyLes pieds en compote, la peur au ventre de se retrouver en plein milieu d’un pogo, ce n’est pas sans apriori que l’on attend la joyeuse troupe d’Ebony Bones. Costumes fascinants (signés Castelbajac), chorégraphie impeccable et musique absolument détonante, les petits génies d’Ebony Bones se mettent en quatre pour nous offrir un concert encore plus spectaculaire que tout ce que l’on pouvait imaginer. Dès le départ, un rythme endiablé se met en place avec We Know All About You. Après une magnifique reprise de We Dont Need No Education, la boucle est bouclée par le très distingué Dont Fart On My Head. On ne peut s’empêcher de penser encore une fois de penser à Iggy Pop quand Ebony Bones choisit de reprendre I Wanna Be Your Dog pour son rappel et que le public se précipite une énième fois sur scène, cette fois-ci en effrayant un peu les choristes. Service minimum pour le rappel, concert un peu court au final mais les fans ont pu se consoler en retournant voir les Ebony Bones ce même soir au Social Club.

Public déchainé donc pour des spectacles hallucinants qu’on espère encore une fois au rendez-vous samedi soir à La Cigale pour Passion Pit, Florence and the Machine mais pas LaRoux.

Cliquez ici pour les concerts de mercredi et jeudi soir.

Pauline Moullot

Assistez en live au shooting spécial bloggers d’American Vintage
Dernière ce soir : la danse avec la mort de Steven Cohen
Pauline

3 thoughts on “Tck tck tck… Festival des Inrocks : vendredi soir à la Cigale”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *