Musique
Taiko – « And never the twain » au musée Guimet

Taiko – « And never the twain » au musée Guimet

20 novembre 2016 | PAR Sandra Bernard

Mercredi et jeudi dernier, l’auditorium du Musée Guimet a accueilli un spectacle de Taiko un peu particulier. Entre traditions et percussions modernes, ce spectacle intitulé And never the twain Interprété par des artistes venus des quatre coins du monde, montre le dynamisme et l’interculturalité de cette discipline.

taikos-shakuhachi

Taiko et sakuhachi (flûte particulièrement technique utilisée par les moines pour la médiation) se sont enlacés deux heures durant dans des compositions aussi puissantes que figuratives. Venus du Japon, de Chine, des États Unis, de Belgique et de France, chacun avait à cœur de faire voyager les spectateurs.

Cette rencontre improbable entre sept virtuoses passionnés donne des compositions d’une grande richesse qui tranche avec l’interprétation classique du tambour japonais.

Durant les 2 heures d’intense rythme, chaque interprète a eu l’occasion d’exposer son style et ses compositions dans des solos où l’on se promène dans une forêt à la rencontre d’un dragon volant ou d’un tigre bondissant.

Le musée Guimet a eu l’immense honneur d’accueillir le concert de Taiko dans sa modeste mais magnifique salle de concert.

taiko

Dans une ambiance décontractée, extrêmement sereine et zen, les spectateurs ont pu découvrir le mariage absolu entre le Taiko et la flûte sakuhachi. A l’image des artistes virtuoses venus des quatre coins du monde, le mélange des genres a su produire des rythmes imagés d’une très grand profondeur mélodique et contemplative. L’énergie dégagée par les musiciens a été telle qu’ils ont su conquérir le cœur du public grâce à leurs coups de tambour magistrals et leurs cris joviaux.

Au sortir de ce concert, on se rend compte à quel point le Taiko n’est pas juste un tambour, mais un instrument extrêmement sensuel et puissant à la fois. Son association à la flûte sakuhachi est un délice rare, surtout à ce niveau d’excellence.

Visuels : Guimet

[Critique] « Afectados » (Rester debout) un documentaire fort qui rappelle la logique de déshumanisation de la crise
Playlist de la semaine ( 182 )You want it darker
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *