Musique

Sortie DVD de « La Danse », le ballet de l’Opéra de Paris filmé par Wiseman

17 septembre 2010 | PAR Christophe Candoni

Frederick Wiseman s’est installé à l’Opéra national de Paris pendant une période de trois mois pour réaliser un documentaire passionnant intitulé « La Danse » dans lequel il montre le travail des artistes et de tous ceux qui font la vie animée de la belle institution. Salué par la critique et nommé pour le César du meilleur documentaire en 2010, le film sort en DVD et blu-ray ce mois-ci.

Wiseman promène furtivement sa caméra dans les dédales des couloirs du Palais Garnier et de l’Opéra Bastille, des toits aux sous-sols, des ateliers de costumes au réfectoire. Il s‘arrête et prend son temps dans les studios de répétition, dans les bureaux de la direction, et dans les coulisses pendant un spectacle, notamment le magnifique Roméo et Juliette de Berlioz par Sasha Waltz. Il observe, capte le moment et s’efface, sans faire de commentaires au moyen d’une voix off ; il nous livre ses images qui parlent d’elles-mêmes. Les séquences parfois longues sont d’un intérêt variable mais nécessaires car l’ensemble participe à rendre compte de l’effervescente activité de la « grande boutique », de la rigueur, de l’exigence et de la beauté de l’art qu’on y pratique, et modifie notre perception sur la compagnie.

Le documentaire suit les plus beaux artistes de l’Opéra (Agnès Letestu, Marie-Agnès Gillot, Hervé Moreau, Benjamin Pech, Nicolas Le Riche…) dans les moments intimes, de doute et de questionnement, que sont les répétitions. On y voit leur travail avec les chorégraphes et les Maîtres de ballet à la recherche du geste le plus parfait possible, le plus juste, la disponibilité physique, mentale et émotionnelle que cela implique pour surpasser la douleur et l’angoisse face au corps tellement sollicité, pour remettre sans cesse en question les acquis et la technique et poursuivre une quête infinie, celle de la beauté. Cela ne signifie aucunement que la danse est un art purement esthétique. On assiste à de très beaux moments pendant lesquels on observe l’importance de la dimension dramatique du travail du danseur qui ne peut se suffire d’une simple exécution formelle aussi parfaite qu’elle soit. C’est très intéressant de voir Laurent Hilaire mettre des mots sur la prestation de la danseuse qui interprète Médée, comme un acteur qui élabore son sous-texte, pour caractériser son personnage et charger de sens le mouvement.

Comme il l’avait déjà fait pour son documentaire sur la Comédie-Française en 1996, Frederick Wiseman adopte un point de vue largement artistique et en même temps institutionnel. Il présente le travail de la directrice de la danse Brigitte Lefèvre dans son bureau qui met son tempérament et son énergie incroyables à l’ouvrage pour mêler une autorité de fer et une proximité, une écoute attentive auprès des danseurs et des chorégraphes. On la voit pendant un gala de fin de représentation ou en assemblée sur les régimes spéciaux de retraites des danseurs ou encore lors d’une discussion pour programmer le voyage de riches et généreux mécènes (les « grands bienfaiteurs ») car son métier recouvre tous ces aspects.

Le documentaire prouve, s’il le faut encore, la diversité des œuvres présentées à l’Opéra de Paris et balaie le prétendu classicisme de la maison qui, loin d’être un musée, prend à bras le corps sa vocation à faire évoluer le genre du ballet sans renier sa longue histoire. Brigitte Lefèvre assume une programmation variée et ambitieuse qui met à l’affiche les grands ballets du répertoire (Casse-noisette de Noureev ou Paquita) et fait ainsi perdurer la tradition des grands ballets classiques. Soucieuse de faire de ses plateaux, un lieu de création et d’invention de nouveaux langages chorégraphiques plus contemporains, Elle reçoit les plus grands artistes d’aujourd’hui : Sasha Waltz, Angelin Preljocaj, Wayne McGregor ou Mats Ek répondent à l’invitation pour diriger le prestigieux corps de ballet et ses étoiles.

On ne peut qu’admirer l’exigence du travail du ballet de l’Opéra sous l’œil discret de Wiseman qui a eu le privilège de percer légèrement l’illusion et d’en restituer totalement la beauté.


La Danse le ballet de l’Opéra de Paris Bande Annonce du film
envoyé par LE-PETIT-BULLETIN. – Regardez plus de films, séries et bandes annonces.

« La Danse », réal. Fréderic Wiseman. Sortie DVD le 9 septembre 2010, aux Editions Montparnasse.

Critique de Simon Werner a disparu : un teen movie original et réussi
Michel Bouquet royal face à la mort
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

2 thoughts on “Sortie DVD de « La Danse », le ballet de l’Opéra de Paris filmé par Wiseman”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *