Musique
Septembre au Duc des Lombards

Septembre au Duc des Lombards

26 juillet 2011 | PAR Neil Saidi

Toute la culture vous propose une  sélection parmi les concerts du mois de septembre au Duc des Lombards, chacun, selon ses goûts et ses envies, devrait s’y retrouver !

 

A ne pas rater, le pianiste italien Antonio Farao qui se produira vendredi 2 et samedi 3 septembre en trio, et quel trio ! Dominique Di Piazza à la contrebasse et Dédé Ceccarelli à la batterie.

 

Lundi 5 septembre à 20h et 22h, Omer Klein Trio. Le pianiste israélien sera entouré de Ziv Ravitz à la batterie et Haggai Cohen Milo à la contrebasse. Le trio interprétera le répertoire du dernier album du pianiste Rockets on the Balcony. Des compositions très orientales qui ne sont pas sans rappeler le style d’un Avishaï Cohen.

Mardi 6, mercredi 7 et jeudi 8 septembre à 20h et 22h vous pourrez venir apprécier la voix suave de la chanteuse Malia qui présente son projet « Tribute to Nina Simone ». Malia a chanté aux côtés de pianistes tels que Laurent de Wilde, Jacky Terrasson ou André Manoukian. Pour ces trois soirées consécutives, elle sera accompagnée par le pianiste Alexandre Saada, , le contrebassiste Jean-Daniel Botta et le batteur Laurent Seriès.

 

Pour les amateurs de Jazz manouche, le Duc accueille le Biréli Lagrène Quartet pour cinq soirées consécutives, du mercredi 14 au dimanche 18 septembre. Avec Franck Wolf au saxophone, Jean-Yves Jung à l’orgue Hammond et Jean-Marc Robin à la batterie. Biréli, qui a commencé sa carrière professionnelle à l’âge de 12ans, est l’un des plus dignes représentants de Django Reinhardt. Il a joué avec des musiciens comme Stéphane Grappelli, Didier Lockwood, Benny Goodman, Dizzy Gillespie, Al Di Meola, Jaco Pastorius, Sylvain Luc, et bien d’autres.

Pour rester dans le jazz manouche, vous pourrez venir apprécier le talent du guitariste Brady Winterstein, en Trio le lundi 26 septembre. Brady n’a que 17 ans, et est l’un des jeunes espoirs du jazz manouche, il risque de faire parler de lui !

Mardi 20 septembre, à l’occasion de la soirée Paris Jazz Club, les clubs de la rue des Lombards vibreront au rythme des thèmes de Satchmo ! Au Duc, c’est le trompettiste Patrick Artero qui se charge de rendre cet hommage. Il sera entouré du pianiste Thierry Ollé, du contrebassiste Julien Duthu et du batteur Guillaume Nouaux.

Le lendemain, mercredi 21, le Duc accueille le jeune crooner Benjamin Siksou, talent jazz du fonds d’action SACEM et ancien candidat de la Nouvelle Star. Il sera accompagné par Aurélien Barbolosi à la basse, Martin Meyer à la batterie, Peter Corser au saxophone et Joseph Robinne au clavier.

 

Mardi 27 et mercredi 28 c’est le trio du pianiste Shai Maestro qui occupera la scène du Duc. C’est en accompagnant Avishaï Cohen sur les routes et les albums pendant plusieurs années que Shai Maestro a fait ses armes. L’heure de l’indépendance a sonné, entouré de ses deux complices pour un trio parfait. Shai Maestro est accompagné du contrebassiste Jorge Roeder (qui a longtemps accompagné, Julian Lage, Roy Haynes ou encore Steve Lacy) et du batteur Ziv Ravitz (qui joue aux côtés de Lee Konitz ou Esperanza Spalding).

 

Jeudi 29 et vendredi 30 septembre ainsi que le samedi 1er octobre, The Volunteered Slaves mettent le feu au Duc. Ce groupe né il y a quelques années au festival de jazz de Marciac a tout de suite déclenché l’enthousiasme de public et de la presse. Il plonge ses racines dans les expériences des années 70 pour mélanger funk, jazz et musiques afro. Les « esclaves volontaires », menés par le saxophoniste à crête Olivier Temime, vont nous faire danser… en toute liberté ! 

Olivier Temime : sax,  Hervé Samb : guitare, Emmanuel Duprey : piano,  Julien Charlet : batterie, Akim Bournane : basse, Arnold Moueza : percussions

 

Enfin, tous les vendredi et samedi les soirées du Paris Jazz Undeground.

C’est sous cette bannière que se sont rassemblées six étoiles montantes de la scène parisienne : David Prez, Karl Jannuska, Sandro Zerafa, Robin Nicaise, Romain Pilon et Amy Gamlen. Tous partagent la même approche musicale, une esthétique ancrée dans son temps, un regard attentif à la création outre-Atlantique et un même amour farouche de la composition. Chaque vendredi et samedi du mois, ils ouvrent la nuit avec des invités prestigieux  avant de laisser la place à la Jam jusqu’au bout de la nuit !

Evènement : concert de Bob Dylan à Bercy le 17 octobre
« M’envoler », Jean-Luc Bosc retient l’enfance au Collège de la Salle à Avignon
Neil Saidi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *