Musique
Roberto Alagna démarre en beauté le Festival de Saint-Denis

Roberto Alagna démarre en beauté le Festival de Saint-Denis

11 juin 2021 | PAR Paul Fourier

Le ténor a illuminé la Basilique en cette soirée d’ouverture dans un concert où cohabitaient airs sacrés, opéra français et Lohengrin.

Cela fait bien longtemps que nous n’avions pas vu Roberto Alagna « en vrai », sur une scène. Comme tous les artistes, il a été éloigné du public (notamment français) et a eu à gérer annulations et modifications dans un programme qui s’annonçait pourtant réjouissant. Le retrouver au Festival de Saint-Denis, où il était pour la première fois invité, était donc un événement que personne (et surtout pas ses fans, nombreux et si bien organisés) ne voulait rater. D’autant que, malgré la distanciation de rigueur – et les petits problèmes techniques – , avec le report du couvre-feu, la soirée reprenait des horaires normaux et que le beau temps autorisait chacun à profiter des terrasses en attendant le concert.

Le programme de celui-ci était assez curieusement construit

Certes le souci de ne pas jouer les morceaux toujours rabâchés était louable en soi, mais démarrer ce spectacle de fête avec la suite de L’Arlésienne de Bizet qui ne respire pas franchement l’entrain et la bonne humeur était une drôle d’idée. On pourra de même observer que donner l’entracte n°3 de Rosamunde de Schubert en milieu de soirée paraissait légèrement incongru (et un peu long).
Une bonne moitié de la partie vocale était consacrée à des airs sacrés et ceux qui affectionnent ce répertoire, qui plus est dans une Basilique aussi chargée d’histoire que celle de Saint-Denis, avaient d’excellentes raisons d’être… aux anges. En effet, Roberto Alagna en est un fervent défenseur et ardent interprète et ce qu’il délivra fut de toute beauté, notamment le Panis Angelicus de César Franck et l’Ave Maria de Schubert.
C’est dans la même inspiration, mais cette fois en français, que le ténor aborda un extrait de L’Enfance du Christ de Berlioz (« Le repos de la Sainte-Famille ») et l’on se rappela à ce moment même quel acteur prodigieux il est, non seulement dans l’Histoire du chant français, mais plus spécialement de Berlioz dont la prosodie s’accorde si parfaitement à sa voix.
C’est ensuite avec un autre rôle fétiche, Le Cid de Massenet, qu’il continua à enchanter le public avec « Ô Souverain, ô juge, ô père ». Écouter Alagna dans sa langue, cet héritier et modernisateur de la tradition des grands ténors français, c’est, plus que jamais, assister à une évidence.

Lohengrin, le défi

Mais voici qu’approchait une partie qui résumait, probablement, son plus immense défi de l’année (et l’un des plus importants de sa carrière) à savoir Lohengrin qu’il interpréta en intégralité cet hiver et sans public au Staatsoper de Berlin. Pour ce faire, Roberto Alagna a énormément travaillé pour, comme à son habitude, donner le meilleur, même dans un répertoire qui, pour le coup, lui était totalement étranger.
Le prélude de l’acte I est d’abord joué, sous la baguette sensible de David Gimenez qui mène très haut l’Orchestre national d’Île-de-France – notamment son pupitre de violons si sollicité pour cette partition – et parvenir à apporter le souffle et l’emphase nécessaires à cette musique.
L’on sent le ténor un peu tendu au début du « Nun sei bedankt », obligé de mobiliser ses forces pour se remettre dans ce répertoire si particulier (et si éloigné de sa zone de confort) puis, petit à petit, gardant une certaine gravité, il se détend, trouve ses marques dans « In Fernem Land » et « Mein Lieber Schwann ». Son Lohengrin est à la fois lumineux et humain. Il est à l’image de cet artiste généreux, qui va de l’avant, ne recule pas devant le danger et est toujours en recherche de progression.

C’est modeste, débarrassé de la pression, souriant, mais s’excusant presque de ne pouvoir donner plus de bis en raison du couvre-feu, qu’il termina le concert par un morceau de sa composition (musicale), le Notre-Père. On sentait l’artiste radieux d’être face à son public et ce dernier toujours bien amoureux. De belles retrouvailles en somme !

Visuel © Christophe Fillieule / Festival de Saint Denis 

Les 1 661 artistes appelant à défendre la copie privée ont gagné !
Cinédanse : Loïe Fuller cinéaste
Paul Fourier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture