Musique

Retour d’Alice in Chains : Black Gives Way to Blue

27 septembre 2009 | PAR Mikaël Faujour

Il y a quelques années, personne n’aurait misé un seul euro sur une reformation d’Alice in Chains… Mais ce groupe phare de la scène « grunge » revient dans les bacs avec un quatrième album studio… QUATORZE ans après son prédécesseur. Un événement rock majeur de l’année 2009.

La longue agonie toxicomaniaque de Layne Staley, qui avait prématurément interrompu la discographie d’Alice in Chains (avec l’album homonyme en 1995 et le sublime MTV Unplugged en 1996), s’acheva en avril 2002. Les rêves d’un nouvel album d’Alice in Chains – auxquels personne ne croyait plus depuis longtemps – s’évanouissaient dans la tombe de cet intense chanteur, aux intonations grinçantes, capable comme peu de donner la chair de poule.

Un gala de charité après le tsunami de l’hiver 2004 fut l’occasion d’une inattendue reformation du groupe, avec au micro des pointures comme Maynard James Keenan (Tool, A Perfect Circle), Phil Anselmo (Pantera, Down) ou Pat Lachman (Damageplan)… ainsi que le presque inconnu William DuVall. Cela n’allait pas rester sans donner d’idée aux trois membres survivants d’Alice in Chains.

Et bientôt, engageant William DuVall au micro, voilà que le groupe se lance dans une tournée mondiale, reprenant son répertoire. Les Parisiens se souviennent sûrement encore de ce bouillant concert d’humide mémoire, au Bataclan en 2006. Il était donc prévisible que Alice in Chains enregistrât un nouvel album studio, le premier depuis… quatorze ans !

Avec la disparition de Layne Staley, le groupe perdait beaucoup de ce qui en faisait son unicité. Aussi aurait-il pu (dû ?) changer de nom… À l’écoute de ce nouvel album, c’est d’ailleurs l’unique chose que l’on puisse regretter…

Pour ainsi dire, Black Gives Way to Blue reprend les choses où elles en étaient resté et s’avère un album dans la tradition Alice in Chains : sombre, chthonien, emmené par des riffs lourds, des rythmiques puissantes et carrées, dominé par des harmonies vocales tranchantes et percé de lumineux morceaux acoustiques. La dynamique vocale, aussi intensément troublante que mélodique, qui était le grand atout d’Alice in Chains, est recréée. La greffe a décidément bien pris. Sans doute est-il trop tôt pour le comparer – et le faut-il vraiment, d’ailleurs ? – aux gemmes obscures que furent Dirt et Alice in Chains, ces deux très grands albums de metal… Mais assurément, pour un retour, quel retour !

Dès le titre d’ouverture « All Secrets Known », lent et poisseusement angoissé, on comprend qu’il n’est question dans cette reformation que de musique. Et que la bande à Jerry Cantrell a ouvragé avec soin ses nouvelles chansons. Disque solide et cohérent, parfois même captivant, Black Gives Way to Blue est un digne successeur à Alice in Chains (1995). S’attarder sur chaque chanson serait trop long et l’album est clairement à écouter dans son intégralité et à réécouter. Mais il faut signaler LA chanson de l’album : l’infernale, la toxique « Acid Bubble » (voir ci-dessous la version live), qui à elle seule convainc que le grand Alice in Chains est de retour.

Dans la tradition du groupe, Black Gives Way to Blue comporte quelques morceaux acoustiques : « Your Decision », qui rappelle un peu l’esprit des EP Jar of Flies et SAP ; le splendide « When the Sun Rose Again » et enfin le morceau-titre « Black Gives Way to Blue », chanson hommage à Layne Staley, à qui l’album est dédié… auquel participe Elton John au piano.

Aucun doute : c’est un événement rock majeur de l’année 2009 et il faut courir les voir dans le four du Bataclan, où le groupe jouera en décembre. Nous devrions vous en donner des nouvelles.

Black Gives Way to Blue, EMI, 28 septembre 2009

Backspacer, le nouveau Pearl Jam
DÉCOUVERTE : Le Prince Miiaou, le phénomène indé émergent
Mikaël Faujour

One thought on “Retour d’Alice in Chains : Black Gives Way to Blue”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *