Rap / Hip-Hop
Spike Lee marque son retour en tournant le nouveau clip de Eminem

Spike Lee marque son retour en tournant le nouveau clip de Eminem

19 mai 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Après une grande activité avec des clips musicaux dans les années 1990, Spike Lee réendosse son costume de clip maker pour tourner Headlights, une chanson de Eminem qui rend hommage à sa mère.

« Headlights », marque la remise en question du rappeur Eminem vis-à-vis de sa mère. Le rappeur de Détroit a passé une longue partie de sa carrière à régler violemment ses comptes avec sa génitrice, de nombreuses procédures judiciaires notamment et tente maintenant de se racheter. Il a décidé pour cette occasion de rappeler le cinéaste Spike Lee pour tourner ce clip publié le jour de la fête des mères aux Etats-Unis (dimanche 11 mai). Filmé en caméra subjective, à travers les yeux de sa mère et ouvre l’album de photos de famille.

Spike Lee connu notamment pour Do the right Thing, Malcolm X, Inside Man ou encore Old Boy, a réalisé peu de clips musicaux. Peu mais efficaces, principalement dans le même registre. « White lines » de Grandmaster Flash & Mell Mel, « Fight the Power » de Public Enemy et « Hip Hop Hooray » de Nauthy by Nature. Des classiques du rap, à noter aussi le clip de Michael Jackson, « They don’t care about us ».

Dans « Headlights », il y regrette les charges blessantes de ses chansons passées telles que « My Mom », « Cleaning out my closet ». Il dit pardonner à sa mère une femme alcoolique et mentalement fragile qui portait « une lourde croix ».

« Désolé, à l’époque j’étais en colère, maintenant je sais que ce n’est pas de ta faute » dit Eminem dans sa chanson. « Tu as fait du mieux que tu pouvais pour nous élever tous les deux », reconnaît-il, évoquant un foyer sans père et comment la garde de son demi-frère Nathan fut retirée à sa mère lorsqu’il était âgé de 8 ans. Il évoque aussi la difficulté à endosser en l’absence d’un père, si jeune le rôle « d’homme de la maison ». Enfin il dit qu’il ne jouera plus en concert « Cleaning up my closet » et qu’il a envie de « rentrer sous terre » lorsqu’il l’entend à la radio. Marshall Mathers a décidé de poser son cœur sur la table, pour se faire pardonner de sa mère. Un geste d’une humilité tardive mais tout de même présent de la part du Roi du hip hop.

© visuels : Creative Comments Wikipedia, montage Alexander Mora-Mir

The clock, le cinéma à la seconde près de Beaubourg
[Interview] Jean-Joël Le Chapelain « Théâtre et politique, c’est ontologique »
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *