Musique
Playlist de la semaine (67)

Playlist de la semaine (67)

17 mai 2014 | PAR Bastien Stisi

Le retour sans saveur d’une rouquine garçonne perchée dans la synthpop 80’, les bons sentiments du plus grand gansta rappeur blanc, et les rêveries dream pop d’un émule tourangeau de Youth Lagoon… lplaylist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. La Roux, « Let Me Down Gently »

Très attendu depuis le fabuleux tourbillon synthético baroque engendré par son premier album éponyme, le retour de La Roux (le coproducteur Ben Langmald et la chanteuse rouquine / androgyne Elly Jackson) déçoit, en ne proposant pour le moment et avec le premier extrait de son second album Trouble In Paradise qu’un pastiche sans saveur de ses précédentes productions. Si « Let Me Down Gently » poursuit son exploration des années 80, il le fait malheureusement en effet davantage dans les jupons de Madona que dans les héroïsmes dandy de Depeche Mode…Vite, la suite, que l’on se rassure !

https://soundcloud.com/la-roux-official/let-me-down-gently

2. Eminem ; Nate Rues « Headlights »

(Très) loin du hip hop névrotique et violenté de ses débuts, Eminem fait la paix avec son enfance tourmenté et avec sa maternelle camée sur son morceau « Headlights », issu de son dernier album The Marshall Matters LP 2, et profite de sa collaboration avec Nate Rues (le leader de Fun) et avec Spike Lee pour offrir un clip plein d’une inhabituelle sobriété. Une bonne nouvelle pour maman Mathers, sans doute très fière de son chérubin blanc-bec, et une mauvaise pour ceux qui n’auraient jamais supporté les instants nouvellement larmoyants d’un ancien géant en pleine perdition…Espérons au moins qu’il soit toujours fâché avec papa tient.

3. Peter Pitches, « Lost Boys »

Composé, à la manière des meilleures inspirations de Youth Lagoon, dans l’intimité d’une chambre et d’un esprit isolé, le premier EP des Français Peter Pitches (le tendrement psyché et folktronica Offshore of the Island) apaise délibérément avant de revigorer, et s’entoure d’une nervosité latente destinée à ne devoir jamais réellement exploser. Et peu importe qu’ils viennent de Tours, du lointain, ou du cosmos. Car leur dream pop aux douces lueurs exaltées entraîne là où personne ne pourra jamais nous atteindre : dans le monde des rêves les plus profondément engouffrés…

4. Hauschka, « Agdam »

Entre Francesco Tristano, Kraftwerk, le Chapelier Fou, Philip Glass et Bojan Z, entre l’électro expérimentale et le classique remodelé, entre le monde des songes, celui d’un cosmos bien réel et celui d’une vérité bien trop terne, le songwritter et compositeur Hauschka livre le clip de son morceau « Agdam » (le nom d’une ville afghane détruite pendant la guerre), issu de son album à la nomination symptomatique Abandoned City. Sombre et inquiet, porté par un piano soudainement devenu bien grave, l’électro classique de ce Germanique soucieux de puissance et d’empathie témoigne, toujours, de la force de composition d’un artiste programmé du côté de la Maroquinerie le 23 mai prochain.

5. Rökysopp ; Robyn, « Dot It Again »

Ce n’est pas parce que la scène électro scandinave et ses barbus aux chemises épaisses ont actuellement le vent sacrément en poupe (on passe le hallo àTodd Terje, Prins Thomas, Lindstrom et cie) qu’il faut pour autant nous faire gober n’importe quoi : le duo électro pop Rökysopp (from Norvège) et la chanteuse de pop dance Robyn (from Suède) mélangent leurs compétences venues du froid, et en ressortent un tube FM aseptisé à en glacer les tympans. « Do it again », qu’ils nous demandent ? Sérieux, non merci.

6. Mickey 3.0, « #cpasgrave »

Ribéry, Benzema, Cabaye, Pogba, Lloris, Sahko, Matuidi, Debuchy (et même le grand absent Nasri)…revue d’effectif et hymne des Bleus version World Cup 2014 pour Mickey 3D, renommé Mickey 3.0, qui après son « Johnny Rep » paru il y a quelques années, réaffirme sa passion pour le ballon rond avec une bonne dose d’humour et de second degré anti cons. Si les mecs ramènent pas quelque chose avec ça…

7. Jabberwocky, « Photomaton (Jean Tonique remix) »

100 000 singles vendus pour son joli succès Photomaton, et désormais un remix signé par le français Jean Tonique (Antoine Roux dans le civil) pour célébrer le tout : Jabberwocky voit la pop délicate et synthétique de son morceau originel accompagné par une pointe d’électro disco et par un groove méchamment sensuel. Le sable, la journée qui s’étire lentement, les photos potaches et sans qualités : le petit bonheur de la pop doucement ensoleillée.

La plupart des morceaux de la playlist sont à retrouver sur la page Deezer de Toute La Culture.

Visuel : © pochette Trouble In Paradise de La Roux

Gilles Van Kote nommé directeur du Monde par intérim
Hajj, le pèlerinage à la Mecque
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *