Musique

R.wan, le peau-rouge au coeur tendre

R.wan, le peau-rouge au coeur tendre

24 janvier 2012 | PAR Olivier Handelsman

Le chanteur de Java (C’est pas d’la menthe à l’eau !) poursuit sa carrière solo, après deux albums (Radio Cortex, 2006, et Radio Cortex 2, 2008) au succès relatif, avec Peau Rouge, qui sort le 6 février prochain. Fort d’une excellente reprise (actualisée) de la chanson « Laisse béton » de Renaud, R.wan a montré à son public une assurance et un talent suffisants pour conquérir le plus grand nombre, fans de chanson française rauque, de satire sociale ou de rythmes mélancoliques accompagnés d’une bonne dose d’amertume.

R.wan ne tombe pas assez souvent dans le cliché pour pouvoir être rangé dans cette catégorie de chanteurs engagés insupportables à laquelle adhèrent par défaut les bourgeois-bohème crypto-gauchistes. Il n’a pas non plus le privilège de sortir d’un groupe au succès mondial préfigurant une carrière solo désastreuse. Et pour couronner le tout, il chante mieux que ses contemporains dans le même registre.

Oui mais voila : R.wan énerve. Par son ton sardonique omniprésent, sa poésie revendiquée mais pas assez aboutie, son élocution trop parisienne pour être vraie, il manque à Peau Rouge un détachement salutaire vis-à-vis de ses textes pour être réellement sincère : ce n’est pas par manque de légèreté que le chanteur pèche, mais au contraire par une dédramatisation excessive des sujets sordides qu’il chante.

Bande-dessinée : Des Dieux et des Hommes, une série de Jean-Pierre Dionnet à ne pas manquer
A chacun son hobby à Paris
Olivier Handelsman
Olivier Handelsman est étudiant en master de management à Grenoble École de Management, et étudie en échange à la Simon Fraser University de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) au second semestre 2013-2014. Licencié de Sciences Économiques à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, Olivier est intéressé par la micro-économie, l'entrepreneuriat, le management stratégique, de l'innovation, de la musique, des systèmes d'information et des nouvelles technologies. Olivier Handelsman a été scénariste de courts et longs-métrages en machinima (images de synthèse issues de jeux vidéo), et a une expérience professionnelle de pigiste dans différents médias tels que le journal Le Point (hors-série Références), PC Jeux et Millenium Source, ainsi que d'auditeur de service client, de programmeur Visual Basic et de démonstrateur produit.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *