Pop / Rock

Vincé, un artiste à la voix puissante et au talent certain [Interview]

Vincé, un artiste à la voix puissante et au talent certain [Interview]

28 janvier 2019 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Toute La Culture a rencontré Vincé, un jeune artiste de 32 ans qui a sorti son tout premier single intitulé « Complicado ». Il en dit plus sur dans cette interview. 

Propos recueillis par Kevin Sonsa-Kini 

-Votre single s’intitule « Complicado », pouvez-vous me fait me récit de cette chanson en quelques mots ? 

Vincé: « Complicado » est un titre très fédérateur dans lequel j’ai voulu apporter un côté festif. Je parle des anectodes qui ont pu arriver à moi ou à des personnes quelconques.

Alors que la chanson est en français, le titre est en espagnol. Pourquoi ? 

Le mot « complicado » est parti d’un délire entre amis. On disait: « C’est pas complicado », « J’ai oublié mon porte-feuille chez moi, c’est pas complicado ». Des trucs comme ça. 

-Le clip compte un nombre incalculable de vues sur YouTube, quels sont les retours que vous avez reçu après la publication du clip ? 

Je n’ai eu que des bons retours pour la plupart. Le clip a été vachement bien accueilli. Quand on l’a sorti on s’était dit que c’était un titre très festif. On s’attendait quand même à un engouement mais c’est vrai qu’à l’heure d’aujourd’hui que ce soit vous les médias ou les auditeurs, le clip a été très très bien reçu. Il fait plus de 300 000 vues et nous en sommes très content ! 

-A l’origine vous êtes un rappeur, pourquoi avez-vous basculé dans la pop ? 

A la base j’ai commencé par le hip-hop. Vers 14-15 ans j’ai commencé à écrire mes premiers textes. Quand j’ai étais dans le milieu hip-hop, les gens faisaient chanter leurs refrains par des filles et moi je chantais mes refrains moi-même. Au fur et à mesure je suis arrivé à faire des morceaux totalement chantés et ensuite on est arrivé dans un univers un petit peu différent mais c’est vraiment de fil en aiguilles. Je me suis beaucoup élargi au fil du temps en terme de musicalité. 

-Après le succès de « Complicado », vous songez à faire d’autres titres ? 

Je suis sur un projet d’album. « Complicado » aurait pu être mon seul et unique titre car je ne m’attendais pas à un super retour. Et au résultat je me suis très vite retrouvé sur le devant de la scène. 

 -Vous n’aviez pas la garantie que cette chanson allait fonctionner ? 

Pas lorsque je l’ai écrite. Après quand on l’a finalisé c’est là qu’on a vraiment commencé à voir la couleur du titre. Et on s’est dit qu’il y a vraiment quelque chose à faire. On pense que cette chanson est un tube et au jour d’aujourd’hui on s’aperçoit qu’on ne s’est pas trompé car ça se passe bien pour nous. 

-Vous avez signé chez Sony en juillet 2018. Qu’est ce que cela vous fait d’être au sein d’une grande maison de disques ? 

Une grande maison c’est le cas de le dire (rires). J’en suis super content. Quand on voit les grands artistes qui sont ici, c’est assez ouf ! Quand j’y suis venu pour la première fois j’étais comme un gosse qui vient signer son premier contrat.

-Musicalement, pensez-vous avoir un style particulier ? 

Selon moi j’ai un style inclassable. Sur l’opus que je suis en train de travailler, je chante sur des sonorités funk, salsa…Je suis difficile à classer. Je ne mets pas dans une case et c’est ce qui fait ma force. 

-Peut-on avoir quelques indiscrétions sur cet album futur ? 

On y travaille presque tous les jours. On ne se donne pas de barrières et le vrai lien de l’album, c’est moi. 

-Qui sont vos influences musicales ? 

Etant enfant, j’étais un fan de Michael Jackson. Avec le temps je me suis ouvert à d’autres styles comme le R&B américain et à l’heure d’aujourd’hui j’aime des artistes comme Angèle, Slimane, Christine and The Queens, Maître Gims…

-Vous enviez la carrière des artistes que vous avez cité ? 

La carrière oui bien sûr. Ce sont vraiment des artistes complets. Les envier ce n’est peut être pas le mot mais les admire plutôt. 

-Vous prévoyiez des concerts à l’avenir ? 

Etant donné que nous sommes en pleine création, du coup on ne s’est pas trop mis en mode concert. Mais à l’avenir il y en aura et je l’espère ! 

Visuels: Facebook ©Vincé

 

 

 

Raphaël Glucksmann, Les Enfants du vide. De l’impasse individualiste au réveil citoyen.
L’agenda culturel de la semaine du 28 janvier
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *