Pop / Rock

Therapie Taxi, énergie et provocation au Zénith de Paris

Therapie Taxi, énergie et provocation au Zénith de Paris

24 mai 2019 | PAR Sarah Dray

Le 23 mai 2018, le groupe Therapie Taxi a livré une prestation électrique et enivrante devant un public en délire. Après seulement trois ans d’existence et leur nomination cet hiver aux victoires de la musique, le groupe confirme ici que la nouvelle scène de la chanson française devra désormais compter avec eux.

Adélaïde Chabannes et Raphaël Faget-Zaoui se sont rencontrés en 2012 pour la première fois. En 2016, Renaud Bizart Vincent rejoint le duo pour former Therapie Taxi. Hier, après avoir rempli l’Olympia, le bataclan et bien d’autres salles pendant leur tournée, ils se produisaient devant 6000 personnes au Zénith de Paris.

Dès leur entrée, le public est « on fire », reprenant en chœur les paroles de PVP, premier titre interprété. Raph prend rapidement la parole, il semble impressionné par cette fosse à perte de vue. Adé est aussi un peu stressé, on le ressent à sa voix qui n’est pas assurée, mais ça ne va pas durer.

Rapidement, la scène devient une boite de nuit, les lumières clignotent au rythme du beat de Thérapie Taxi, Raphael et Adélaïde dansent, chantent, ne s’interdisent rien. Toute la salle connait les paroles sur le bout des doigts, dans la salle aussi, la température monte. Ça saute, ça chante, ça danse, on compte sur les doigts d’une main ce qui restent assis.

Le groupe de rock enchaîne ses tubes : Superstar, Cri des loups, J’en ai marre…. même sur les chansons plus calmes, la fosse fait des mouvements de vague, le public se dandine ou se balance, comme envoûte par la musique de Thérapie Taxi et par les voix de Raph et Adé.

Un moment se distingue, quand Adé interprète une chanson seule en guitare-voix. Quelques briquets s’allument alors dans la salle, à l’ancienne. Et le public, même s’il connait sa voix, la redécouvre, superbement et  légèrement éraillée.

Si Adélaide et Raphael sont très jeunes, 24 ans pour la première et 25 pour le deuxième, on sent que leur tournée est déjà avancée et qu’ils ont une réelle expérience et maîtrise de la scène. Surtout, ils communiquant sans arrêt avec le public (sans parler du discours politique de Raphaël, moment un peu « gênant » du concert). La mise en scène est belle et les jeux de lumière servent parfaitement la musique du groupe.  

Les fans le savent, les paroles sont trash et le son est rock. Ils connaissent aussi la folie du chanteur, Raphaël, qui n’en est pas à son coup d’essai et qui lors de la chanson Pigalle distribue du rhum dans la fosse.

Lors du concert, le groupe interprète en exclusivité, un titre de leur nouvel album en préparation, Madame Claude. Le public parisien est sous le charme de cette découverte. Puis vient le final, avec les chansons Hit sale et Salope c’est l’explosion. La foule est en délire, bien chauffée par Thérapie Taxi. 

Ce premier Zénith est une grande réussite, le groupe peut être fier du chemin parcouru et le reste de la tournée promet d’être à l’image de cette date. Déjà, une autre date au Zénith est prévue en 2020.  Pour sûr,  le deuxième album de Therapie Taxi viendra très vite confirmer ce succès. En attendant le clip de « J’en ai marre » sort lundi prochain, le 27 mai 2019.

Visuel : pochette d’album

L’agenda du week-end du 24 mai
Une Clémence de Titus hors des antiquités rebattues
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *