Pop / Rock
[Live report] Skip the Use à la salle Wagram : un show décapant porté par Mat Bastard

[Live report] Skip the Use à la salle Wagram : un show décapant porté par Mat Bastard

13 mars 2013 | PAR Juliette Hebbinckuys

Jeudi dernier se tenait le concert privé du groupe Lillois Skip The Use à la salle Wagram, sponsorisé par « Pression Live ». Présente dans de nombreux festivals, notamment au Printemps de Bourges ou à Rock en Seine où elle possède une scène tremplin pour faire émerger de nouveaux talents, la marque du groupe Kronembourg s’implique toujours un peu plus dans le monde de la musique. L’occasion pour les 1200 invités chanceux de ce soir là de (re)découvrir un groupe exceptionnel, dont l’album « Can be late » a reçu la victoire de la musique dans la catégorie meilleur album rock de l’année…

Si vous n’avez jamais eu la chance d’assister à un concert de Skip The Use, vous pouvez dès à présent regarder s’il reste des places à vendre pour admirer ce quintet déchainé. Plus qu’un simple show, Mat Bastard(le chanteur et leader du groupe) vous invite à assister à une véritable cérémonie, où le public entre en communion avec les artistes, où tout le monde s’éclate et où le leitmotiv serait : « déchainez-vous ! Ce soir on oublie tout ! ». En véritable bête de scène, il chante, il danse, il s’amuse, il fait des blagues et saute partout comme un cabri, tout en gardant une voix impeccable et un souffle qui lui permettent d’enchainer chaque chanson, aussi fatigante soit elle. Inutile de connaître l’album pour se faire plaisir : les chansons sont rythmées et le style assez accessible pour plaire à tous. Même si la belle salle Wagram, avec ses lustres et ses moulures, ne paraît pas idéale pour un concert de rock endiablé, on oublie tout et on se laisse prendre au jeu. Le chanteur nous demande d’aller à gauche, a droite, de s’asseoir, de sauter, de crier, et les spectateurs s’exécutent ! Quoi de plus jouissif que de pouvoir marcher sur des dizaines de pieds sans se faire houspiller ?

Les nordistes sont heureux d’être là, et leurs bonnes ondes ne tardent pas à se transmettre dans toute la salle. Après un démarrage sympathique avec « People in the shadow », ils ne tardent pas à enflammer la salle avec « Give me your life », « PIL », ou encore « Cup of Coffee ».  Les morceaux défilent et ne se ressemblent pas, et les musiciens semblent redoubler d’énergie à chaque nouvelle chanson. Ils terminent sur la plus connue, « Ghost », qui permet à tous de reprendre en chœur le refrain.  Mais le public en redemande ! Ils reviennent alors pour un rappel mémorable, où Mat Bastard fait venir son ami Nicolas Douchez (gardien de but du PSG), afin de le faire chanter sur une reprise de Blur, « song 2 ». Le résultat est décapant, et le footballeur ne tarde pas à enlever le haut pour imiter son ami, qui lui était déjà torse nu depuis longtemps. Après 1h15 de concert endiablé, il en ressort clairement que SKIP THE USE est LE groupe à aller voir en live cette année. Ca tombe bien, les lillois sont à l’affiche de nombreux festivals tels que les Francofolies ou les Eurockéennes, et tourneront un peu partout en France courant 2013.

Leur collaboration avec la marque « Pression Live » ne s’arrête pas à ce très bon concert : le chanteur et leader du groupe a accepté de s’impliquer dans le concours Talents du Live, qui permet  à de jeunes artistes d’avoir la possibilité de se produire en Live lors du printemps de Bourges. Ces 5 groupes seront sélectionnés sur la page facebook de « Pression Live », et auront ensuite la chance de passer devant un jury de professionnels (composé, entre autres, de Mat Bastard), qui désignera le groupe qui les aura le plus convaincu. A l’issue de cette journée, et après avoir bénéficié d’une journée de coaching, le meilleur talent du live se produira le 22 octobre 2013 en 1ère partie d’une affiche multi-artistes de renom lors d’un concert privé Pression Live sur la scène d’une des plus mythiques salles Françaises : l’Olympia ! Pour en savoir plus, c’est ici


Le Théâtre de Bretigny l’affirme, un homme sur deux est une femme !
Princes et princesses à Marigny : une adaption réussie pour la scène
Juliette Hebbinckuys

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *