Pop / Rock
[Live report] Molly Nilsson ouvre avec gravité et hermétisme le festival des Femmes s’en Mêlent à l’Institut suédois

[Live report] Molly Nilsson ouvre avec gravité et hermétisme le festival des Femmes s’en Mêlent à l’Institut suédois

20 mars 2013 | PAR Bastien Stisi

Pluie fine et fuyante, température proche du degré zéro, chevelures nombreuses et blondies évoquant les contrées froides et scandinaves du Nord de l’Europe…la 16e édition du festival des Femmes s’en Mêlent ne pouvait s’ouvrir qu’avec la prestation de l’énigmatique et hermétique Molly Nilsson, native de Suède mais résidente de la capitale berlinoise, porteuse d’une synth-pop rêveuse et mélancolique et tête d’affiche de l’évènement musical hexagonal de cette fin d’hiver.

Une fois encore, la tradition l’oblige et se perpétue d’année en année, les premiers échos vénusiens des Femmes s’en Mêlent se devaient de débuter leurs résonances expertes et plurielles au sein des profondeurs branchées et épurées de l’Institut suédois de Paris, havre multiculturel et élégant niché au cœur du Marais et de la rue Payenne. Ici, bien loin des convenances bruyantes et chaleureuses des salles traditionnelles parisiennes, le public est invité par une hôtesse au début du concert à éteindre son téléphone portable pour ne pas gêner la représentation du spectacle. Attentif et immobile sur une rangée de siège disposés étroitement au sein de la salle, ce public applaudira avec honnêteté et bonne manière entre l’interprétation de chacun des morceaux de l’étrange diva suédoise.

Isolée sur scène avec pour unique compagnie la blancheur factice de sa chevelure, la gravité assurée de sa voix et de sa tenue et une machine non identifiée remplaçant pour l’occasion les synthés, les percussions et les guitares résolument eighties qui transportent habituellement son univers musical, Molly Nilsson récite avec une linéarité confondante et un humour pince-sans-rire un condensé des titres des quatre albums de sa discographie méconnue et parfaitement indépendante, intégralement produite sur son propre label Dark Skies Association.

Entité élégante et spectrale, étrangeté perchée et opaque, artiste hors du temps aux yeux levés et égarés, Molly Nilsson ponctuera son inédite prestation, après un rappel poli et normé et une demi-heure passée sur scène, avec l’interprétation du sublime « I Hope You Die », dont la chanteuse se sentira obligée de préciser qu’il s’agit bien là d’une chanson d’amour…

En plus de l’absence du titre enflammé et épidermique « City of Atlantis », on regrettera quelque peu que la chanteuse n’ait pas jugée bon de s’entourer de musiciens, indéniable plus-value scénique fantasmée qui serait venu vivifier à n’en pas douter une interprétation pleine d’une dextérité viscérale mais bien trop sage, cold-wave rêveuse et mélancolique à l’esthétique minimaliste qui ne possède pourtant qualitativement qu’un faible nombre de rivaux sur la scène pop underground internationale. Il demeurera dès lors à l’esprit cette présence distante, aérienne et inaccessible, habitée par une frénésie intériorisée et convaincue.

Ce soir, les Femmes s’en Mêlent se porteront du côté du Point Éphémère, qui rendra un hommage appuyé et essentiel aux Pussy Riots, au cours d’une soirée orchestrée par les déambulations scéniques de The History of Apple Pie, de the Tiger Bell et de Novella. Changement radical d’ambiance en perspective pour un festival qui poursuivra sa route indé, décalée et féminine jusqu’au 29 mars prochain.

Visuel © : affiche du festival, pochette de History de Molly Nilsson

Mécénat culturel : le nouveau souffle pour les institutions
Nouvel album de Zazie, Cyclo. Merveille d’electro-pop intimiste. Un opus planant et lumineux
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : basti[email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

One thought on “[Live report] Molly Nilsson ouvre avec gravité et hermétisme le festival des Femmes s’en Mêlent à l’Institut suédois”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture