Musique

Nouvel album de Zazie, Cyclo. Merveille d’electro-pop intimiste. Un opus planant et lumineux

Nouvel album de Zazie, Cyclo. Merveille d’electro-pop intimiste. Un opus planant et lumineux

20 mars 2013 | PAR Gilles Herail

[rating=5]

Mme Zazie a trainé ses guêtres depuis plus de 20 ans au sein de la chanson française, en se faisant souvent traiter au choix de bobo démago ou de vendeuse de soupe variétoche. Son nouvel album devrait mettre tout le monde d’accord. Une réussite majeure.

Cyclo fait suite a Za7ie, un projet au concept passionnant (7 mini albums pour autant de jours de la semaine) qui avait moins séduit le grand public malgré une belle générosité et certains titres très réussis (le dimanche, les pieds nus, double axel…). Zazie a réalisé son Cyclo en réaction à ce précédent opus. Finie la dispersion et place à un album compact (11 titres), extrêmement cohérent, aux choix artistiques assumés et qui se comprend dans son ensemble. On trouvera peut être moins de singles immédiats (20 ans et Mademoiselle devraient faire l’affaire) mais on se réjouit de l’ ambiance électro intimiste pénétrante, cherchant la rupture de ton et de rythme et visant le sentiment d’apesanteur.

On commence avec Les contraires, chanson dépouillée, aux paroles très zaziennes, qui propose une belle ouverture. Mobile Homme arrive ensuite comme une vision réactualisée de l’Homme sweet Home mais l’album décolle réellement avec une première ballade, Je ne sais pas, portée par un crescendo émotionnel puissant. Mademoiselle avec sa musique entêtante et son hymne malin à la liberté sexuelle de la femme achève de nous convaincre que ce Cyclo semble décidément être un bon cru. La chanson éponyme met tout le monde d’accord. Un titre fleuve de six minutes à l’ambiance très particulière qui nous emmène très loin.

Après une pause plus rythmée et sans grand intérêt (« Tout »), ce 8ème opus va enchainer les titres solaires, plus de 5 minutes en moyenne, pour notre plus grand bonheur. Si tu viens s’annonce comme une deuxième ballade plus posée mais prend des directions inattendues, confirmant des choix musicaux passionnants. S’affranchir de la routine du couplet-refrain-couplet-refrain, faussement conclure pour reprendre sur une autre tonalité. Temps plus vieux nous parle du temps qui passe sans tomber dans la déprime, cherchant plutôt la grâce et la sérénité. 20 ans lui répond en attaquant le jeunisme et l’épanouissement festif de la maturité. Vienne la nuit déroute mais questionne. Le voyage se finit par un morceau une nouvelle fois solaire, qui conclut l’album sur une note totalement planante.

Cyclo affiche une couleur d’apparence plus grise mais ne surjoue pas le sombre et le dépressif. Au contraire, les considérations sur le sentiment amoureux et les interrogations de la vie sont universelles, et la lumière jamais très loin. On se doit d’écouter Cyclo en entier et dans l’ordre, pour entrer dans une ambiance aérienne, une vraie proposition musicale (des arrangements chiadés, un réel travail sur la profondeur). Zazie tombe le masque et nous régale, nous émeut, nous fait décoller. Que du bonheur.

Gilles Hérail

[Live report] Molly Nilsson ouvre avec gravité et hermétisme le festival des Femmes s’en Mêlent à l’Institut suédois
Silas Corey tome 1: Le réseau Aquila
Gilles Herail

4 thoughts on “Nouvel album de Zazie, Cyclo. Merveille d’electro-pop intimiste. Un opus planant et lumineux”

Commentaire(s)

  • Frédéric

    Pas client de Zazie à la base même si je reconnais dans quelques titres du passé une vraie créativité, je suis tombé complètement par hasard sur cet album. Quelle surprise. Il faut oublier Zazie (pas si facile) et se laisser porter par des mélodies travaillées, des arrangements bien pensés et des textes profonds. C’est très inspiré, vraiment bien écrit à tout niveau. Franche réussite. Les titres les plus convaincants à mon goût : « Je ne sais pas », « Les contraires », « temps plus vieux » et « si tu viens ». Et dernier petit truc, j’aime bien le côté un peu éraillé de la voix sur »Je ne sais pas » notamment, qui donne une vraie force au titre. Bravo !

    mars 20, 2013 at 11 h 44 min
  • Bruno

    Article très juste pour un album finalement très lumineux et apaisant.

    mars 20, 2013 at 22 h 56 min
  • Vincent

    Un album magnifique ! Certainement mon préféré après Rodéo.

    mars 21, 2013 at 1 h 09 min
  • Lemage

    Bonjour à tous.
    J’ai à peu près le même sentiment que toi sur l’album .
    Par contre si tu pouvais nous épargner « que du bonheur » phrase usée par excellence en conclusion d’un article sur une femme peu ordinaire ,merci d’avance…

    mars 22, 2013 at 5 h 51 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *