Pop / Rock

Julia Palombe réchauffe la Boule Noire

Julia Palombe réchauffe la Boule Noire

07 décembre 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La rockeuse féministe ET sexy Julia Palome était en concert hier soir à la Boule Noire à l’occasion de la Release Party de son nouvel album : La nouvelle Ève, sorti le 1er décembre. Rock’n Roll baby !!!

Julia Palombe milite depuis longtemps contre la mal-baise, cette idée, belle et politique que si les terroristes avaient une vie sexuelle, ils se feraient moins sauter dans les bars et les salles de concert. L’idée aussi que le féminisme peut se défendre en talons de 10 et les lèvres rouges. Cela, elle l’a raconté dans son précédent album, Docteur love et dans un manifeste, Au lit citoyens !

La Nouvelle Ève intervient après tout cela, dans un geste apaisé au post-rock assumé. Ici Niagara croise Sonic Youth et, pour la vanne, hier soir, Johnny n’était pas loin. La Palombe ne pouvait pas, alors elle l’a fait, elle a presque chanté « L’envie ». Alors, pour mettre tout le monde d’accord, elle arrive en académique pailleté, au départ ailé. Puis, elle ordonne : « Mères, filles, putains : prenons nous par la main !  » avant de déclarer ouverte : « La chasse à la Palombe ». Elle déroule son dernier album dans le désordre, et confirme que « La nouvelle Ève », « Si je dis oui » et « La vieille anglaise » sont de pures tubes.

Celle qui a commencé par danser tient la scène et ses gars. Seule fille entourée de quatre garçons, Serge Leonardi à la guitare, Dédé Bell à la basse, Baptiste Allard aux claviers, David Boutherre à la batterie, elle déclame son amour pour les mecs, tous les mecs. L’astrologue, les chauffeurs de taxi, les vieux. Qu’il est bon, mon dieu, d’entendre les guitares friser la saturation.

Avant de finir, elle prolonge le plaisir en chantant « quelques tubes » et un gros classique très « Wild », comme elle. Elle aura juste avant laissé la place aux mecs, dans un temps juste instrumental, vraiment rock, vraiment libre.

 Visuel : ABN

L’Escapatoire : recherche sous tension [Escape Game]
« Deux mille dix sept » : Maguy Marin nous livre son best of de l’année
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *