Pop / Rock
[Chronique] « Square Eyes », les imprévisibles du nouvel album de Yodelice

[Chronique] « Square Eyes », les imprévisibles du nouvel album de Yodelice

15 octobre 2013 | PAR Hélène Gully

Yodelice

[rating=4]

Mademoiselle L’ouïe était lasse des tubes de l’été et attendait avec impatience le grand retour de l’homme à la larme fugitive. Cet automne, L’ouïe veut de la fraîcheur imprévisible et se rassurera le 21 octobre prochain auprès du nouvel album de Yodelice : Square Eyes ne déçoit pas après Cardioid et Tree of life.

Maxim Nucci séduit depuis plusieurs années son public sous le pseudonyme de Yodelice, personnage inspiré de l’univers de Tim Burton. Il reprend donc celui-ci, affublé de son chapeau melon piqué d’une plume et de ses vêtements sombres qui habillent sa grande silhouette, il incarne le mashup complice de l’ombre et de la lumière, ne quittant jamais sa larme à l’œil. On retrouve ses affinités extravagantes entre sa guitare et sa voix rêveuse qui métamorphosent les accents folks pour en faire une œuvre unique et délicieuse. Cependant cet album porte cette fois une énergie citadine toute différente de Tree of life.

Une ardeur incandescente émane de ce nouvel album. Il prône une ambiguïté propice à l’évasion. Cet album libère le son insolite d’un jukebox moderne qui aurait apprivoisé les influences seventies auxquelles le chanteur se réfère si souvent. Il associe l’énergie électrique d’un cold wave revisité et la caresse de sa voix suave. Concrètement, chaque morceau de l’album se veut ballade aux allures de voyage spatial immobile entre turbulences et hypnose. Le premier titre s’intitule « Time » dans lequel, à travers les palpitations des cordes vocales et celles de la guitare, s’esquisse la nervosité créatrice de l’artiste. Les effluves pop multicolores se mélangent à la nostalgie d’une veine rock moins prononcée. « Fade Away » est un chaos poétique d’instruments maîtrisés, tandis que « Another second » nous perd dans un labyrinthe de douceurs vertigineuses. Plus généralement, l’album est ponctué de lévitations sonores, des souffles d’air hallucinogène.

« Square Eyes » permet la rencontre heureuse entre mélancolie introspective et enthousiasme étoilé. Yodelice se réapproprie tous les outils nécessaires pour nous livrer un irrésistible petit bonbon auditif.

Square eyes, Sortie le 21 octobre 13

Yodelice sera en concert du 20 au 22 janvier 2014 à la Cigale.

Hélène Gully

Visuel : (c) pochette de Square Eyes de Yodelice

Une enclave de l’infini à la Galerie Popy Arvani
Festival Paris-banlieue Tango
Hélène Gully
Jeune caméléon du journalisme. 21 ans et de l'ambition.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *