Pop / Rock
[Chronique] « Løve » de Julien Doré : mélancolique et entêtant

[Chronique] « Løve » de Julien Doré : mélancolique et entêtant

10 décembre 2013 | PAR Gilles Herail

le-nouvel-album-de-julien-dore-love-sort

[rating=3]

Julien Doré est le gagnant le plus hype de la Nouvelle Star. Et celui appelé à durer avec l’excellent Christophe Willem. Après un premier album surprenant, un deuxième album également réussi, Julien Doré revient avec ce troisième opus qui trace sa route, dans la lignée de ses prédécesseurs mais avec une cohérence encore plus forte. Fini l’amuseur malicieux, Doré a trouvé son style, moins prétentieux, plus désenchanté. Une pop très travaillée, de road movie, pas faussement désespérée mais mélancolique.

Il y a toujours eu deux Julien Doré, même à ses débuts dans la Nouvelle Star. Le mime Marceau burlesque jouant au rocker énervé, sautant partout et lorgnant vers la parodie. Et le crooner vagadame reprenant des titres de pop sucrée pour les transformer en chanson suicidaire. Ce doux mélange qui cohabitait dans les deux premiers albums a maintenant disparu pour l’affirmation d’un véritable personnage. Où la voix chaude n’est plus forcée, l’humour plus discret, pince sans rire, et la musique plus posée.

Une fois n’est pas coutume, le single résume à la perfection un album ultra cohérent. « Paris Seychelles », à sa manière assez tubesque nous entraîne dans cet univers musical particulier, des ballades pops romantiques qui nous emportent vers des sons différents avec pour fond un youkoulélé toujours présent.

Une musique un peu road movie, que l’on écoute sur la route, ou chez soi en s’imaginant sur la route. Avec un peu de pluie, des clichés cinématographiques que l’on sait éculés mais que l’on adore. Des chansons à clope pourrait-on dire aussi. On est face à un vrai album d’ambiance, qui s’écoute d’une traite, sans titre qui se démarque réellement, plus dans un voyage, où l’on se perd parfois dans ses pensées sans réellement écouter l’intégralité des paroles.

Juste en se laissant emporter, tranquillement. Julien Doré peut nous faire cet effet. Il est moins bon quand il cherche la ballade sérieuse, la grande chanson française. Mais ses mots touchent souvent, sur le fil rouge de la rupture et de la déception amoureuse. Sans véritable équivalent dans le paysage musical français, le chanteur fait son travail d’artisan avec sérieux et passion. Loin d’une image de dandy débridé au top de la hypster attitude, son Løve est au contraire assez dépouillé, ne cherchant pas l’esbroufe tout en ne cédant pas aux modes. Un plaisir.

Visuel : (c) pochette de Løve de Julien Doré

Strobi, le Bistro contemporain et savoureux caché derrière la Place de Clichy
LHEA : 6 huiles essentielles pour alliées
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *