Musique

Noa ou la joie de chanter au théâtre du châtelet.

Noa ou la joie de chanter au théâtre du châtelet.

01 mars 2013 | PAR Bérénice Clerc

Noa, chanteuse aux parents d’origine Yéménite chante le monde et le parcours avec sa voix puissante et pacifiste. Le 28 février elle a illuminé le théâtre du Châtelet pour une date unique à Paris au grand bonheur des spectateurs.

Ils sont venus, il sont tous là, Noa revient en France mais seulement pour un concert alors le théâtre est plein, jeunes, plus âgés, familles, amis, couples s’installent dans le beau théâtre parisien du Châtelet.

Les musiciens de l’orchestre symphonique entrent en scène, le chef d’orchestre puis Noa les suivront pour faire naitre la musique.

Noa commence par deux de ses succès en France, comme une incantation, un appelé, sa voix virevolte et caresse l’espace pour saisir les spectateurs jusqu’à la fin du concert.

Noa ne parle pas français mais s’est fait écrire des discours sur mesure qu’elle prononce avec concentration en envie de parler à la française comme une petite fille découvre Babel et ses multiples possibilités linguistiques.

Chansons poétiques israéliennes, traditionnelles napolitaines ou anglaises, Noa pétille et chante avec une joie communicative. La guitare de Gil Dor et les percutions se mêlent avec élégance à l’orchestre symphonique dirigé avec sobriété et engagement.

Le public bouge, ondule, fredonne avec Noa, applaudit sous le charme de la voix, de la présence et de la passion de la chanteuse.

Noa raconte ce qu’elle chante, son sourire inonde l’espace, sa voix lumineuse pleine de couleurs se place et résonne  avec l’orchestre et les instruments.

Pour Noa l’ambassadeur de Palestine et celui d’Israël sont côte à côte dans la salle, la paix est possible l’espace d’une note, le temps de quelques mots, quand l’humain chante il oubli d’où il vient et se libère de toutes les frontières dessinées par l’Homme.

Si la paix pouvait avoir un ambassadeur, Noa serait parfaite, elle pourrait unir les Homme de tout pays autour de la musique, de son corps en mouvement, de ses yeux gorgés de tendresse. Elle est à sa façon ambassadrice d’un nouveau monde multiculturel, Noa chante pour la paix, Noa chante pour la joie de vivre, de rire et de partager.

Le concert de Noa était un réel moment de partage, sans faux semblant ni prétention, juste le professionnalisme et le travail absolument nécessaire à la liberté d’une performance bien rythmée.

Les spectateurs se lèvent et applaudissent longuement la chanteuse et ses musiciens, elle rechante pour eux quelques titres pour finir sur la bande originale de « La vie est belle » comme un dernier clin d’œil à l’espoir.

Noa se fait rare en France, son plaisir était palpable et partagé, le Châtelet est vraiment un magnifique écrin pour chanteuse.

 

 

Visuel : (c) TS prod.

Le Jardin des Plantes expose Mille et une orchidées
Yeah Festival ! Laurent Garnier aux manettes d’un festival rock !
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *