Musique

« Marsatac c’est Marseille et on a tous en tête le film Taxi » Alex Stevens, programmateur du festival [Interview]

« Marsatac c’est Marseille et on a tous en tête le film Taxi » Alex Stevens, programmateur du festival [Interview]

22 mai 2019 | PAR Alexia Blick

Marsatac, l’iconique festival marseillais débarque pour une 21e édition, les 14, 15 et 16 juin prochains. Alex Stevens, l’un des quatre programmateurs du festivals revient pour Toute La Culture sur la formule magique de ce festival marseillais qui ne se démode pas.

Orelsan, The Blaze, SCH.. Et bien d’autres pépites musicales se produiront sur les scènes du Parc Chanot pour cette nouvelle édition du Marsatac 2019. La Plage du Petit Roucas sera elle aussi investie pour clôturer ces trois jours hip-hop et électro. Le festival qui puise son inspiration dans la ville qui l’accueille, Marseille, mise sur le tunning pour faire vibrer les festivaliers.

Le Marsatac fête ses 21 bougies cette année, c’est quoi la formule magique du festival ?

Le Marsatac a la volonté de rassembler des grands noms de la musique et des artistes moins connus que l’on souhaite faire découvrir au public. Le mélange des genres entre artistes français et internationaux, c’est la clef du succès. Au total, dix nationalités se produiront sur les différentes scènes. C’est aussi le juste équilibre entre hip-hop et électro qui fait l’âme du Marsatac.

A ce propos, comment sont sélectionnés les artistes qui se produiront durant le festival ?

On est une équipe de quatre programmateurs, deux français et deux belges, dont je fais parti. Pour la sélection c’est très simple, on écoute beaucoup de concerts lives pour choisir les artistes. Si nos poils s’hérissent sur nos bras, c’est gagné. On pioche aussi dans nos expériences de festivals, parce que la présence scénique joue énormément.

Y a t-il une volonté de respecter la parité entre les artistes ?

Il y a un souhait de représenter un maximum les femmes au sein du festival. En tout cas, c’est l’objectif à long terme. Pour autant il est moins évident de trouver des femmes dans le rap que dans la musique électro. L’idée, c’est donc avant tout de mettre en lumière, des femmes avec une identité forte.

Marsatac c’est une identité visuelle qui change à chaque édition, c’est quoi l’ambiance cette année ?

Marseille est une ville métissée et pleine de couleurs, c’est de cette atmosphère que le Marsatac s’inspire pour construire son identité visuelle. L’année passée, le festival avait misé sur une ambiance tropicale pour séduire le public. Pour cette nouvelle édition c’est le tuning qui est mis à l’honneur. Marsatac c’est Marseille et on a tous en tête le film « Taxi » c’est cette ambiance que l’on a voulu retranscrire.

Infos pratiques : https://www.marsatac.com/billetterie/

Cannes 2019, Semaine de la critique : « Tu mérites un amour », un premier long métrage percutant et délicat sur un chagrin d’amour
Núria Guiu Sagarra explore Facebook comme une ère de jeu chorégraphique à Chantiers d’Europe
Alexia Blick
Madame vernissages mais aussi mordue d'électro, de photos et d'archéologie! Laissons l'art nous envoûter...

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *