Musique
Live Report – Transmusicales, un samedi riche en surprises!

Live Report – Transmusicales, un samedi riche en surprises!

11 décembre 2017 | PAR Enora Le Goff

Les Transmusicales, fameux festival d’hiver rennais, avait lieu ce week-end, proposant comme à son habitude une programmation variée et une ambiance survoltée! 

Les Transmusicales ont une fois de plus fait vibrer la ville de Rennes au son des musiques du monde. En effet cette année, le festival était dédié à Marc-Antoine Moreau, un producteur qui a enregistré et managé plusieurs talents venus d’Afrique (Amadou et Mariam ou Songhoy Blues). La volonté de mettre en valeur les diversités d’une « sono mondiale » a de nouveau atteint son objectif, avec plus de 34 nationalités différentes (dont 21 extra-européennes) lors de la centaine de concerts donnés entre le 6 et le 10 décembre 2017. Ces derniers ont réunis 62 000 festivaliers dont 34 000 au Parc Expo les vendredi et samedi soir, soit 1 000 de plus que l’année dernière. Un éclectisme revendiqué multicolore et d’inspirations diverses, qui souhaite éviter de présenter des têtes d’affiches anglophones, au profit de découvertes talentueuses, dépaysantes et singulières.

C’est en effet l’audace artistique qui a fait la renommée et le succès des Transmusicales, dont la programmation, cette année encore rassemble des festivaliers venus de partout. TouteLaCulture était au parc expo pour la soirée du samedi et voici donc les découvertes faites au cours de la nuit.

Time : Le DJ français a enivré la foule à l’aide d’une house simple et efficace, l’absence quasiment constante de voix permet en effet une immersion totale dans les productions musicales de l’artiste, faisant ressortir et ressentir son amour pour les percussions jazz.

Confidence man : Ce groupe australien a offert de l’électro pop instrumentale joyeuse et fraîches, aux rythmes groovy et disco entrainants. Avec leurs chorégraphies déjantées, ils ont livré une performance scénique survitaminée à la foule survoltée du hall 9, la plus grande salle du parc expo.

Tshegue : La performance du groupe congolais Tshegue était l’une des plus attendues du samedi soir. Le groupe n’a pourtant sorti qu’un EP de 4 titres en juin dernier, laissant le public désireux d’en entendre plus ! La puissance et le talent de la chanteuse Faty Sy Savanet alliés aux inspirations rumba blues et punk ont permis une fusion originale qui a enflammé une salle pleine. Tshegue colle parfaitement à l’état d’esprit du festival : multiplicité des langues (anglais, lingala, swangi, bantou, langues inventés), mais aussi multiplicité des ambiances (transe, rock ou afrobeat) liées à une présence sur scène survitaminée et vous obtenez le combo parfait spécial Trans’ !

Borusiade : L’artiste roumaine a su enflammer la Green Room avec sa techno minimale, qu’elle lie sur quelques tracks avec de la dark disco ou de l’acid, un set grisant et plein de nuances.

Il est 5h et commence alors le dernier concert de la nuit, le public se presse donc dans le hall 8 pour aller voir Deejay Irie & Mc Sherlock, le DJ mêle hip hop, électro et reggae permettant d’offrir au public une dernière heure très dansante et c’est ce qu’il fallait !

Les Transmusicales c’est finalement des concerts réjouissants et toujours surprenants, mais aussi une organisation bien ficelées ainsi qu’un parc expo gigantesque permettant au public d’apprécier les concerts, serré au devant des concerts, seuls dans les gradins ou tranquillement au coin chill.

Enora Le Goff & Salomé Vincent

Visuels (affiche du festival)

Oona Doherty saisit le public du Festival de Danse de Cannes à la Plateforme Studiotrade
Tigers are not afraid : le grand gagnant du Paris International Fantastic Film Festival
Enora Le Goff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture