Musique

[Live report] : Tender Forever au théâtre Mains d’Œuvres pour le Mo’Fo festival

[Live report] : Tender Forever au théâtre Mains d’Œuvres pour le Mo’Fo festival

03 février 2012 | PAR Etienne Perin

Dimanche dernier nous étions à Mains d’Œuvres à Saint-Ouen pour les 10 ans du festival Mo’Fo. C’était la soirée de clôture du festival, et la tête d’affiche Tender Forever allait nous offrir à 22h30 un set intime et enlevé de son indietronica parfaite, dans toutes ses imperfections. Voici le live report.

Pour lire notre interview de Tender Forever, c’est ici.

Le début de soirée était plutôt calme. Accompagné de la fidèle Grolsch, les deux scènes de Mains d’Œuvres nous ont successivement replongé dans la vague psyché des années 70’s avec Haight Ashbury, convié au bizarrement pop lapinesque des Sleep Party People, au folk choral solitaire de Matt Elliott et à l’indie folk chaleureuse des Français The Minors. Tender Forever allait leur succéder, seule sur scène avec sa petite chemise à carreaux toute boutonnée.

Annoncée moins sautillante à cause d’une hernie discale (elle s’en est excuse dès le début du concert, perdue dans les vapeurs médicamenteuses), nous on n’y a vu que du feu, entre autres hallucinations visuelles : les concerts de Tender Forever s’appuient toujours sur des supports vidéos avec lesquels elle interagit, un moyen annexe offert au public pour participer au concert. Et cette fois-ci on s’est vus entre autre initiés aux drogues digitales tandis que Mélanie improvisait l’accompagnement sonore, expérience mystique et drolatique…

Entre les photos et vidéos envoyées par son frère (qu’on a appris head-banger et souffrant également d’une hernie discale, « le meilleur moment pour appeler sa mère« ), Tender Forever a offert à son public quasi-hypnotisé moins féminin qu’attendu un panel de ses trois albums, nous rappelant à nos devoirs citoyens par un appel plein d’espoir pour les « unions entres filles, entre garçons et même entre trans » l’amenant en période de campagne à plutôt dédier un titre à Nicolas S. qu’à l’habituelle Beyoncé, nous singeant Brian Adams avant de reprendre accompagnée de sa seule guitare sèche un titre de Ryan Adams.

Avec son petit mac-book, ses joy-sticks ou sa guitare, Tender Forever même diminuée a laissé exploser toute sa sensibilité sur chaque morceau, et c’était une vraie bouffée d’un air frais et libéré.

Avoir 20 ans dans les Aures de René Vautier
Interview : Tender Forever, « Une spontanéité qui me tient à cœur… »
Etienne Perin

One thought on “[Live report] : Tender Forever au théâtre Mains d’Œuvres pour le Mo’Fo festival”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *