Musique

Live report : Reggae Sun Ska festival, Day 1

04 août 2012 | PAR Jerome Gros

Vendredi 3 août sonnait le lancement du quinzième Reggae Sun Ska Festival, à Pauillac. Complet, le festival attendait entre 70 000 et 100 000 personnes, selon la presse locale ou les organisateurs. Cette première journée a été marquée d’une influence dancehall.

Le Reggae Sun Ska festival annonce « complet », les festivaliers, au nombre de 50 000 l’an passé, sont deux fois plus nombreux. Une réussite pour le festival, parfois une galère pour les festivaliers. Entre les retards de train, les parkings situés très loin du festival, le nombre insuffisant de navettes effectuant le transit et le manque de signalisation, il est vrai qu’arriver sur le site relève parfois de l’exploit.

Heureusement, la programmation redonne très vite le sourire aux nombreux festivaliers qui circulent entre les trois scènes. La scène Natty Dread a été le berceau du reggae roots, avec la présence de Winston Reedy, des Mighty Diamonds et de Pablo Moses, qui ont effectué de très belles performances. Ayo n’a pas fait déchanter la foule et l’a caressé de sa voix délicate.

Cette première journée a donné l’accent sur le dancehall. Sur la scène Rebel Music se sont installés Sena, General Levy et Irie Ites Sound System. Le chanteur britannique a enflammé la foule comme il sait si bien le faire. Enchaînant les morceaux pour en interpréter le plus grand nombre, relançant les riddims maintes fois, General Levy a capté l’attention du public qui suit le rythme effréné. Le concert trouve son apogée dans l’interprétation du célèbre « Jungle is Massive ».

Après un tel show, il fallait entretenir la fougue du public. Biga Ranx, qui enchaîne derrière General Levy, le réussit parfaitement. Le jeune chanteur propose des titres de son dernier album, On Time, comme « Gipsy Rock », « Life we live » ou encore le fameux « Brigante Life », mais aussi d’autres titres comme « I’m Hungry », repris par le public. En sortant, Biga annonce Kanka, avec qui est prévu un maxi 4 titres d’ici la fin de l’année.

Kanka s’installe donc, et envoie un son lourd et puissant, un dub qui aspire les festivaliers et les transcende. Pendant ce temps, Le Peuple de l’Herbe occupe la scène One Love et fait de même. La nuit continue, avec Danakil sur la scène Natty Dread, Mr Vegas sur la scène One Love et le Stone Love Sound System sur la troisième scène. La musique résonne jusque 4h du matin, pour le bonheur des festivaliers.

Ils sont encore nombreux à sa promener aux alentours du festival, ou à manger, entre 4 et 5h du matin. Tranquillement, le site retrouve son calme, mis à part quelques échos à droite à gauche, d’une soirée qui continue jusqu’aux aurores.

Cette première journée était donc une réussite. Ce soir s’annonce encore plus fou, avec notamment la présence de Damian Marley pour une date exclusive.

Live Report : Les Nuits Secrètes, Jour 1
Yaron Herman au Trianon le 29 octobre il faut déjà réserver
Jerome Gros

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *