Musique

[Live Report] Festival des Libertés de Bruxelles : Emir Kusturica and the No Smoking Orchestra donnent le ton

[Live Report] Festival des Libertés de Bruxelles : Emir Kusturica and the No Smoking Orchestra donnent le ton

22 octobre 2017 | PAR Elie Petit

A l’initiative de Bruxelles Laïque, le Festival des libertés de Bruxelles accueillait en sa deuxième journée le cinéaste Emir Kusturica et son No Smoking Orchestra. Autour, de nombreux événements qui donnent son cachet à ce festival hors norme.

C’est un festival pas comme les autres qui se tient à Bruxelles du 19 au 28 octobre, au Théâtre National. Le Festival des libertés, tient pour argument, rare et bien documenté, de vouloir questionner le concept de système. Au coeur de la campagne présidentielle française mais aussi du débat autour des extrêmes, ce mot et son corollaire, le positionnement anti-système restent bien flous. Le festival, propose cette année, par sa programmation de tenter une réponse à ce que ces organisateurs décrivent comme non pas « le » syste?me mais « des syste?mes dont on peut critiquer les dominations ou les dysfonctionnements ». Avec une volonté de clarte? et de nuance, seront évoqués les « multiples crises qui menacent les liberte?s, les solidarite?s, la de?mocratie et la plane?te » ainsi que « les de?marches intellectuelles, culturelles, politiques ou citoyennes qui cherchent des re?ponses aux impasses du pre?sent ».

Et tout cela par une série de documentaires (dans le cadre de la compétition internationale de film documentaire), de concerts, de théâtre, de débats et d’expositions. En ce deuxième jour, après un débat sur « Filmer l’autre » et un second sur les dettes, après la projection de Cameraperson de Kirsten Johnson et la représentation du 4ème Mur de Sorj Chalandon par Julien Bouffier, après tout cela, entrent en scène Emir Kusturica et son No Smoking Orchestra.

Du temps a passé depuis la sortie de Unza Unza Time en 2000. Mais la bande est toujours sur scène, moins en forme, mais toujours aussi divertissante. Pendant deux heures, les 8 comparses du cinéaste, le plaisir au bout des doigts vont égrener des titres de Underground, Chat noir chat Blanc, le temps des Gitans avec une belle énergie. Entre chaque chanson, des mots en français, et quelques notes de la panthère rose.

Le public entonnera Fuck you MTV, sera invité à monter sur scène réalisé une chorégraphie avec Kusturica, qui descendra ensuite fendre la foule. Un set amusant, conclu par Romeo et Juliet et par Pitbull Terrier. Emir Kusturica montre que sa musique est toujours aussi forte et qu’il est aussi réalisateur d’images scéniques surréalistes.

En parallèle, une film Disturbing the peace de Stephen Apkon et Andrew Young était diffusé, avant que le Free Stage ne soit envahi par Afrikän Protoköl, le sextet afro groove dément du saxophoniste belge Guillaume Van Parys. Une soirée réussie, pleine de joie pour ce deuxième jour de festival.

Jusqu’au 28 octobre, ce sont 27 films qui seront projetés, la plupart suivis d’échanges avec les réalisateurs ou des membres de l’équipe. Ainsi que de nombreux débats, concerts (Camille), représentations de théâtre.

Du 19 au 28 octobre 2017 au The?a?tre National, boulevard E?mile Jacqmain 111-115, 1000 Bruxelles Web : www.festivaldesliberte?s.be

« Paleoart » Visions des temps préhistoriques par Zoë Lescaze et Walton Ford
[Ciné Salé] Maria Murashova remporte la Vague d’or 2017
Elie Petit
https://www.instagram.com/elie_petit/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *