Musique
Live Report : Does-it Offend You, Yeah ? au Nouveau Casino (21/04/11)

Live Report : Does-it Offend You, Yeah ? au Nouveau Casino (21/04/11)

27 avril 2011 | PAR Camille Jamain

Devant un nouveau casino archicomble le quintet anglais est venu présenter son tout récent second album.

En 2008 alors en pleine vague Nu-Rave, Does It Offend You, Yeah ? avait suscité un certain engouement à travers les scènes européennes à l’instar de ses compatriotes Klaxons, Hadouken ou encore Late Of the Pier. A l’époque, le quintet défendait un premier opus (You Have No Idea What You’re Getting Yourself Into) sans grande étincelle mais néanmoins assez réussi pour un genre qui appelait, comme tant d’autres à disparaître aussi vite qu’ils étaient venus. Mais  c’est surtout avec une incroyable énergie scénique que le groupe alors accompagné de Sebastien Grainger (Death from above 1979) avait converti les plus sceptiques à leur recette electro-rock. Does-it Offend You, Yeah ? revient en 2011 avec un second opus sans grand intérêt mais le souvenir de quelques headbangs frénétiques entouré de fluokids nous laisse curieux quant à ce que le groupe peut avoir à nous offrir dorénavant en live…

Nous sommes forcés de constater que le groupe est assez lucide sur la qualité de ses dernières compositions, en effet le set sera très largement fourni par des morceaux du premier album, valeur sure pour un public très largement acquis à la cause du groupe. Le set débute sur les chapeaux de roue avec « With a Heavy Heart« , puis on traverse donc les titres qui ont fait le succès de Does-it Offend You, Yeah ?, « Battle Royal », « We are Rockstars » et quelques morceaux plus electro-pop du nouvel album « Pull Out My Insides » viennent ponctuer ce tunnel de claviers distordus et de rythmiques binaires. Si l’on se prend au jeu à coller un peu la fosse surexitée qui reprend hystériquement l’incontournable « Let’s Make Out », la musique manque globalement d’épaisseur et Does it Offend You, Yeah ? semble bien à l’étroit et apparaît clairement comme un groupe de festival, ces soirs d’été on se lâche sans trop réfléchir et on finit inévitablement couvert de sueur. Si le son est une nouvelle fois très correct au Nouveau Casino, l’espace clos leur sied mal et on est loin de la prestation d’un Cheveu qui avait littéralement mit en transe la salle quelques semaines plus tôt. Cependant le groupe entretient un bon contact avec son public et après une courte heure de set on croisera beaucoup d’heureux à la sortie, ravis d’avoir secoué la tête sans trop cogiter…

 

Un Bercy Village très printanier !
« Le cinéma » par la collection Totheme des Editions Gallimard
Camille Jamain

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture