Musique

Live report : Dionysos, Zebda, Gari Greu et El Gusto à la Fiesta des Suds (20/10/2012)

21 octobre 2012 | PAR Joelle

Planète Marseille. Chaque année, depuis 21 ans, la Fiesta valorise ce qui est au delà de la musique : des émotions liées aux rencontres, au passé, aux petites et grandes histoires.  L’Edition 2012, ne déroge pas à cette règle.  Samedi, les 12 000 spectateurs venus des 2 rives de la Méditerranée, ont pu assister à  plusieurs concerts, dont des têtes d affiche comme Dionysos et les toulousains Zebda, relancés depuis peu. Ces 2 groupes ont bien tenu toutes leurs promesses.

Mais les moments les plus émouvants étaient à voir à quelques centaines de mètres du chapiteau, dans le Pavillon, des sucres, deux pépites musicales…Pour ouvrir la soirée, Gari Greu, groupe marseillais, au croisement d’influences comme Manu Chao, Louise Attaque, sur fond de belles paroles engagées.

Puis le groupe « météorite », El gusto, né il y a plus de 50 ans, dans Alger la Belle, la Pacifiste, l’insouciante, au temps ou juifs, musulmans, et français vivaient bien ensemble en Algerie… El Gusto, ressuscite le Chaabi, cette musique populaire mélangeant chants andalous, religieux arabes et musiques berbères. Un groupe éclate suite aux terribles aléas de l’histoire et reconstitué il y a 5 ans grâce à l’énergie et la persévérance d’une jeune Irlandaise d’origine algérienne, Safinez Bousbia (lire notre interview). Une heure de musique bouleversante où l’émotion était palpable sur scène et dans la salle. 19 musiciens mêlant piano, accordéon, guitares, mandoline, percussions pour ramener le public dans les ruelles blanches de la Casbah. Le clou est atteint avec l’invitation pour une chanson de Zebda, totalement en osmose avec les vibrations d’El Gusto, portant haut les couleurs du Chaabi.

Encore une session de la Fiesta, riche en rencontres et en partage, en communion avec ce mélange des cultures et d’ouverture si propre à la Cite Phocéenne qui attend entres autres Sporto Kantes, Wax Taylor et Shaka Ponk aux docks de Marseille le week-end prochain.

Marcher de Tomas Espedal: un hymne poétique à la liberté
La nuit et le jour : Henri Guaino mémorialiste sans fougue
Joelle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *