Musique

Le troisième album de Wallils Bird : une synthèse d’énergie qui porte son nom

Le troisième album de Wallils Bird : une synthèse d’énergie qui porte son nom

13 avril 2012 | PAR Celeste Bronzetti


Le nouvel album de Wallis Bird, au titre éponyme est sorti le mois dernier. Troisième de sa jeune carrière, il semble se proposer comme la synthèse des multiples énergies que la musicienne irlandaise dégage à l’aide de sa guitare.

Inclassable. On aurait épisodiquement envie de l’approcher au genre folk de marque celtique, mais dès qu’on s’approche de cette définition l’âme rock’n’roll de Wallis nous surprend et nous rappelle son insolence. La force puissante de sa voix peut devenir mordante, comme son dernier single Encore, le montre bien.
Enregistré dans trois villes différentes pendant plus d’un an, cet album voulait refléter les atmosphères variées de ces trois dimensions qui l’ont inspirée. Le résultat est un ensemble bariolé qui condense toute la féminité de Wallis Bird : de la douceur chuchotée de Dress my skin and become what I’m supposed to, on passe rapidement à l’audace vigoureuse de I’m So Tired of That Line.
Ce sont ces tournures rapides de style qui permettent d’avoir un aperçu séduisant de cette personnalité dynamique.
L’intimité exprimée dans Wallis Bird consiste en l’expression de toutes les influences musicales qui ont formé cette chanteuse-compositrice : elle y condense les expériences multiples vécues à partir du don qui, encore gamine, lui a changé la vie. Elle joue de la guitare depuis sa première enfance, quand son père lui en a fait don : une passion si précoce lui a permis de s’approprier l’instrument et de le transformer, en couple avec sa voix, en moteur principal de son style musical personnel et très intense.

Un printemps mozartien à Paris
Un amour d’éléphant de Dorothée de Monfreid
Celeste Bronzetti

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *